Peuple de France - Revue de presse française: Islamisme: "Trop d’élites dorment encore au lieu de combattre l’ennemi intérieur."' (Ivan Rioufol)

Alerte info

Flash info : Flash info

dimanche 1 avril 2018

Islamisme: "Trop d’élites dorment encore au lieu de combattre l’ennemi intérieur."' (Ivan Rioufol)

Ivan Rioufol. Photo : Le Figaro fr

Les plus dangereux sont ceux qui roupillent. Dans la guerre que l’islam suprémaciste a déclarée à la nation, trop d’élites dorment encore au lieu de combattre l’ennemi intérieur. 


La préservation du vivre-ensemble est leur excuse la plus cynique.
Le "délai de décence" est également régulièrement rappelé à ceux qui, après chaque horreur djihadiste, exigent des actes plutôt que des résiliences. Résultat de cette politique de l’oreiller : en France, le nazislamisme progresse sans résistance. Cette idéologie s’appuie aussi bien sur un prosélytisme subtil que sur l’enrôlement de voyous des cités. L’un d’eux, le délinquant franco-marocain Radouane Lakdim, 25 ans, a égorgé le colonel Arnaud Beltrame, 44 ans. L’officier de gendarmerie s’était proposé comme otage à la place de la caissière du Super U de Trèbes (Aude). Au nom d’Allah, le tueur avait préalablement assassiné Jean Mazières, Christian Medvès, Hervé Sosna. En octobre, à Marseille, Laura et Mauranne avaient été d’autres proies d’un autre barbare.

La judéophobie s’ajoute aux fruits vénéneux que le Coran peut produire. Les chrétiens et les musulmans mécréants sont également les cibles de sourates qui ordonnent de tuer pour terroriser et imposer la charia. Lundi, le caractère antisémite a été retenu par le parquet de Paris dans l’assassinat de Mireille Knoll, 85 ans. Cette rescapée du Vél’ d’Hiv’ a reçu onze coups de couteau, dans son HLM du XIe arrondissement. Son bourreau criait "Allah Akbar". "Les Juifs ne sont pas en sécurité en France", a dénoncé Malek Boutih, ancien président de SOS Racisme. Cependant, ce mouvement a sa part dans la culpabilisation des Français à faire respecter leurs modes de vie. Son "Touche pas à mon pote", encore brandi jeudi soir à Paris lors de la marche blanche contre l’antisémitisme, a contribué à la victimisation des immigrés, mais aussi des djihadistes. La culture de l’excuse, qui est celle d’Emmanuel Macron, est l’héritière de cet humanisme dévoyé.

Les "assoupis ", ainsi nommés mercredi par le chef de l’État lors de l’hommage national au "héros français", sont au pouvoir.

1 commentaire:

Anonyme a dit…

les islamiques n'ont toujours rien eu a faire ,ils les invitent a s'installer et les dispositions sont prise dans haut.

Articles à lire aussi

Soutenez Peuple de France en faisant un don.