Peuple de France: Nicolas Dupont-Aignan: “Quand le parquet décide de ce qui doit être dit ou tu, c’est alors la fin de la démocratie”

Alerte info

Flash info : Flash info

vendredi 6 avril 2018

Nicolas Dupont-Aignan: “Quand le parquet décide de ce qui doit être dit ou tu, c’est alors la fin de la démocratie”

Photo : @dupontaignan Twitter

Pour Valeurs actuelles, le député de l'Essonne, président de Debout la France et ancien candidat à l'élection présidentielle Nicolas Dupont-Aignan réagit à l'annonce d'une amende avec sursis requise par le parquet de Paris pour avoir parlé d'invasion migratoire.


Quelle a été votre réaction en entendant le réquisitoire du procureur de la République, à savoir une amende de 5.000 euros requise à votre encontre ?


Nicolas Dupont-Aignan. Quand j’ai reçu la convocation du tribunal pour l’audience d’hier, j’ai d’abord cru à une plaisanterie. Parler des chiffres de l’immigration dans un tweet pendant la campagne présidentielle serait donc devenu un délit ! Un délit d’opinion ! (...) le pire est venu du réquisitoire du procureur qui a prononcé des paroles outrancières. En véritable inquisiteur, il a multiplié les amalgames et les caricatures pour me faire passer pour un xénophobe, moi qui de ma vie n’ai jamais prononcé la moindre parole de rejet à l’égard de quiconque, ce que même l'avocat de la LICRA ne contestait pas.

La liberté d’expression est-elle, selon vous, encore garantie en France ?

Quand le parquet décide de ce qui doit être dit ou tu, c’est alors la fin de la démocratie et, plus largement, la fin de la liberté d’expression. C’est gravissime, pour la République, et pour la France.

[...]

Lire l'entretien complet dans valeursactuelles.com

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Participer à la discussion

Lire aussi