Revue de presse - Peuple de France: GILLES CARREZ : « LE MATRAQUAGE FISCAL CONTINUE, LE RAS-LE-BOL FISCAL VA S'AMPLIFIER »

www.peupledefrance.com

Recherche sur le web

dimanche 22 avril 2018

GILLES CARREZ : « LE MATRAQUAGE FISCAL CONTINUE, LE RAS-LE-BOL FISCAL VA S'AMPLIFIER »

Interrogé par Le Figaro Magazine, Gilles Carrez, député "les Républicains" du Val-de-Marne et ancien président de la commission des Finances de l'Assemblée nationale, a calculé que le choc fiscal qu'encaisseront les Français en 2018 s'élèvera à plus de 9 milliards d'euros. Soit plus que les augmentations Hollande de 2013 ! 

Notant, dès 2018, un alourdissement de 4,5 milliards d'euros de la fiscalité pour plusieurs millions de ménages au titre de la seule CSG, Gilles Carrez déplore que les classes moyennes continuent d'être considérées comme des « vaches à lait ». Il pense que le ras-le-bol fiscal qui s'exprimait sous la précédente législature ne va que s'amplifier...

Les impôts des Français baissent-ils, comme l'affirme le gouvernement ?

Bien au contraire ! Le gouvernement a décidé d'augmenter massivement la CSG, pour un montant global de 22,5 milliards d'euros. D'où, cette année, un mouvement de transferts fiscaux entre les contribuables qui atteint des proportions inédites. On n'avait jamais connu cela, en tout cas pas depuis 2013, première année du quinquennat Hollande.

Cette hausse est néanmoins compensée par la baisse des cotisations salariales...

Partiellement seulement. Le gouvernement ne s'appesantit guère sur le fait que la baisse des cotisations maladie et chômage ne représentera au total que 18 milliards d'euros, et qu'elle se réalisera en deux temps. D'où, en 2018, un alourdissement de 4,5 milliards d'euros de la fiscalité pour plusieurs millions de ménages au titre de la seule CSG. C'est considérable ! Et finalement très injuste car tous les Français ne vont pas bénéficier de la baisse des cotisations. Les retraités, par exemple, mais aussi les fonctionnaires ou les professions indépendantes subiront de plein fouet la hausse de CSG ou bien elle ne sera que partiellement compensée par la diminution des cotisations salariales.

D'autres hausses d'impôts sont-elles supportées par les ménages ?

Les ménages subissent cette année une augmentation très forte, à hauteur de près de 5 milliards d'euros, des taxes sur l'énergie et le tabac et, pour les familles, de la baisse de la prestation d'accueil du jeune enfant (Paje). Si bien que, entre la CSG, compensée seulement partiellement, et la hausse de la fiscalité sur le tabac et les carburants, les Français encaissent un choc fiscal de plus de 9 milliards d'euros. C'est même plus que les augmentations Hollande de 2013. Le gouvernement rappelle que la suppression partielle de l'ISF (transformé en IFI (impôt sur la fortune immobilière) et la mise en place du prélèvement forfait aire unique (PFU) génèrent 4,5 milliards d'euros de baisses d'impôts. Mais pour qui ? Cette baisse est concentrée sur moins de 100 000 ménages très fortunés sur un total de 37 millions de foyers fiscaux... Les réductions d'impôts concernent donc une minorité de Français, au nom de la mobilité du capital et du financement de l'économie, tandis que des millions de contribuables voient leur note fiscale s'alourdir brutalement. Ce qui, à terme, va poser un problème de pouvoir d'achat que le gouvernement a sous-estimé.

Les classes moyennes et moyennes supérieures sont-elles prises pour cible ?

Disons qu'elles continuent d'être considérées comme des « vaches à lait » idéales. Les petits riches, ceux qui disposent d'un patrimoine immobilier soumis à l' lFI et de revenus au-delà de 10 000 € par mois, en ont déjà pris plein la figure sous François Hollande avec l'augmentation et la généralisation du barème de l'impôt sur le revenu, la baisse du plafond du quotient familial, le durcissement des conditions de donation ou de succession (diminution de l'abattement de 150 000 à 100 000 €, délai de rappel passé de 10 ans à 15 ans). Aujourd'hui, le matraquage continue. Je pense que le ras-le-bol fiscal qui s'exprimait sous la précédente législature va s'amplifier lorsque ces millions de contribuables vont s'apercevoir que, contrairement aux promesses gouvernementales, leurs impôts ont augmenté.

La diminution de la taxe d'habitation ne leur apportera-t-elle pas du baume au cœur ?

Cette baisse ne concernera que les foyers dont le revenu fiscal de référence est inférieur à un certain seuil. En zone urbaine, là où le coût de la vie justifie des salaires plus élevés, de nombreux foyers appartenant aux classes moyennes continueront de payer la taxe d'habitation, bien que leur pouvoir d'achat soit dans la réalité très juste compte tenu du niveau de leurs dépenses obligatoires (transport, logement...). Il y a là une profonde injustice qui n'est pas de nature à apaiser le ressentiment fiscal de ces millions de Français qui ont le sentiment de payer pour les autres.

Source: republicains.fr

1 commentaire:

  1. La tva comme la csg sont des impots injuste.ils finance immigrations massives et les aides au étrangers.

    RépondreSupprimer

Participer à la discussion

Nous avons besoin de vous ! Soutenez Peuple de France en faisant un don.



Articles à lire aussi