Revue de presse - Peuple de France: Face au terrorisme islamique, le discours de l’impuissance

samedi 31 mars 2018

Face au terrorisme islamique, le discours de l’impuissance

Et c’est reparti ! Un nouvel attentat terroriste ce jeudi matin et c’est un nouveau rassemblement général de tous ceux qui savent… qu’ils ne savent rien, rien de rien. Et chaque nouvel attentat nous le prouve !


Les ex ministres qui, aujourd’hui, savent ce qu’il faut faire, mais qui n’ont rien fait quand il pouvait le faire (exemple Manuel Valls).


Les ministres et les députés de l’actuelle majorité, qui ne savent pas ce qu’il faut faire mais qu’ils ne le disent pas ou, plutôt, qui le dissimule derrière un verbiage ridicule.

Les ex responsables des services du renseignement, expliquant en détails pourquoi ces mêmes services n’ont pas les moyens, ni financier, ni en personnel, pour faire ce qu’ils devraient faire !

Et, enfin, toute la tribu des psychologues, des magistrats, des avocats, des syndicalistes, des associations, des « radicalisés » qui ne le sont plus, des « ex terroristes » qui sont devenus de doux agneaux, des parents de criminels qui ne comprennent pas qu’ils n’ont pas compris, etc.

Et tout ce « Bla Bla » pour tenter de nous convaincre que « C’est la faute à la société, car ils ont été discriminés, écartés de la possibilité de se réaliser, qu’ils n’avaient pas d’horizon, d’objectif, et, que pour toutes ces raisons, et bien d’autres, ils se sont réfugiés dans la religion, dans le salafisme, l’islamisme, vers ceux qui, enfin, les comprenaient…alors que eux n’y comprenaient rien !

Donc, en conclusion, c’est la faute à la France, s’il la déteste, c’est notre faute s’ils nous assassinent, c’est la faute aux Français s’ils sont devenus des terroristes, des criminels !

Et puis il y a ceux, très rares, qui savent, ceux qui sont sur le terrain, au contact dans les prisons. Ils analysent, ils expliquent, ils proposent quelques solutions, mais on ne les entend pas. Ils devraient mettre leurs paroles en musique et les chanter pour être, peut-être, écoutés !

Il y a 19745 noms dans les différents « fichés S », dont 255 majeurs et 68 mineurs de retour de Syrie et d’Irak et, demain, de Libye.

Deux fichiers plus importants, le FSPRT (Fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste), créé en mars 2015. Et le FIJAIT (Fichier judiciaire national automatisé des auteurs d’infractions terroristes), créé en 2016.

Ce dernier fichier concernant les individus ayant fait l’objet d’une condamnation pour terrorisme ou interdiction de sortie du territoire en lien avec des activités terroristes.

Ces « fichés FIJAIT » sont tenus de déclarer leur changement d’adresse dans les 15 jours qui suivent.

De déclarer leur déplacement à l’étranger 15 jours à l’avance.

Sommes-nous à ce point crédules pour imaginer une seule seconde qu’ils se soumettront ?

C’est dans ce dernier « Fichier FIJAIT » qui s’inscrivent, au fur et à mesure de leur libération, les terroristes condamnés et actuellement emprisonnés : plusieurs dizaines avant 2020.

Pourquoi ces criminels ont-ils été condamnés à des peines d’emprisonnement aussi courtes ? Parce que notre justice, nos magistrats, n’estimaient pas, avant 2015, que le terrorisme était un véritable danger mortel, qu’il ne serait que de « passage », que nous n’étions pas en guerre. Ils avaient une perception différente du terrorisme et condamnaient plus légèrement.

Mais sommes-nous en guerre aujourd’hui ? Certes pas quand on entend nos ministres actuels pérorer et mentir.

Christian Castaner, le leader de cette catégorie : « 60% des auteurs d’attentats ces dernières années n’étaient pas « Fichés S » et ne sont pas des ressortissants étrangers. »

C’est faux : le pourcentage exact est de 87% de « Fichés S » et les 13% autres sont tous passés par la « case prison » et sont donc connus des services de police et surveillés.

9 d’entre-eux étaient de véritables étrangers et 4 avaient une double nationalité mais la très grande majorité étaient d’origine étrangère.

Notamment les « Fichés FSPRT », ciblant exclusivement la menace terroriste : 17000 en 2016 et plus de 20000 actuellement.

Sur ces 20000, 12000 sont considérés comme « actifs » et 15% sont des étrangers, « expulsables » immédiatement puisqu’il s’agit : « D’une menace grave à l’ordre public » qui, juridiquement, justifie une expulsion.

Les 14000 agents du renseignement se trouvent devant l’impossibilité de surveiller un si grand nombre : 19745.

Surveiller leurs déplacements quotidiens, savoir où ils se rendent, qui ils rencontrent, ce qu’ils achètent, où ils se trouvent, ce qu’ils font à chaque moment de la journée et de la nuit et, si passage à l’acte, les contrôler et les appréhender, s’ils ne sont pas abattus !

Le bracelet électronique, l’assignation à résidence, sont des mesures inadaptées pour des dangereux criminels : l’assassin du père Hamel, à Saint-Etienne du Vouvray, portait un bracelet électronique et était assigné à résidence. Il a tué.

Au risque de me répéter, puisque je l’ai déjà écrit à cinq reprises depuis 2016, seule la « reconnaissance faciale », déjà appliquée dans d’autres pays, peut permettre un suivi efficace de ces criminels, surtout de ceux qui sortent, ou vont sortir, de prison et de ceux qui reviennent après nous avoir combattu avec DAECH.

Puisque, apparemment par humanité, pour respecter les droits de l’homme, pour les valeurs et les principes de la République, il est impossible de les éliminer, ou, tout au moins, de les éloigner, pour nous protéger, ce qui est logiquement le devoir de tout gouvernement, et qu’il est impossible d’interdire une idée, le salafisme, selon le premier ministre, alors acceptons de payer le prix du sang, mais, au moins, employons tous les moyens mis à notre disposition pour tenter de diminuer ce prix, que l’on nous oblige à le payer !

Manuel Gomez pour ripostelaique.com

1 commentaire:

  1. cette incompétence démontre la dégénérescence des lieux dit de cette république fantoche ou le pognon est roi et les intrigues de tafiole et de gouines rendent l'air nauséeux pour tout pensé métathéorique .

    RépondreSupprimer

Participer à la discussion

Articles à lire aussi

Faire un don à Peuple de France avec PayPal