Revue de presse - Peuple de France: Patrice Quarteron massacre le politiquement correct

Recherche sur le web

vendredi 30 mars 2018

Patrice Quarteron massacre le politiquement correct

Patrice Quarteron

Pour cette première, je souhaitais annoncer la couleur. La couleur d’un boxeur noir. La couleur d’un drapeau, le bleu, le blanc et le rouge. Ces trois couleurs, revendiquées et honorées par un boxeur noir d’1,98 et de 118 kg. Nos couleurs, les siennes, les miennes, les vôtres.


Je voudrai saluer en Patrice Quarteron, un homme franc, un sportif, fier de son pays et qui le dit ouvertement tout en sachant d’avance, les réactions nauséabondes que son message d’amour et de reconnaissance envers la patrie, la France, va provoquer !

Patrice Quarteron, fils d’Antillais est insulté par ces enfants de l’immigration, ces porteurs de drapeaux marocains, algériens, tunisiens, turcs, etc. Le flot d’injures racistes est dominant. Ceux-là mêmes qui se plaignent du racisme de notre société, par celui supposé des blancs, les « céfrancs », les « face de craie », les « mécréants » sont les plus violents sur leur clavier de lâches. Il y a fort à parier que ces petits minables ne diraient pas un mot face à l’homme sur lequel ils crachent leur venin !

Patrice Quarteron fait partie de ces hommes de courage qui savent d’où ils viennent, qui ils sont, et assument pleinement leur réalité. Il a raison de dire « Quand vous portez un drapeau d’un pays où vous ne vivez pas, on vous dit “bravo, j’adore, c’est courageux, c’est un signe d’ouverture ».  Mais, Quand on porte le drapeau du pays dans lequel vous vivez, ou vous payez vos impôts, avec lequel vous souffrez, aimez, combattez, on vous dit : T’es un chien, un putain de facho. »

« Je porte mon drapeau fièrement » ; « Soyez patriotes et reconnaissant » ; « Vous devez tout à la France ». Patrice Quarteron en profite également pour fustiger ceux qui préfèrent « se sentir Américains, Marocains, tout ça parce qu’ils vont en vacances une semaine dans un autre pays et reviennent en se sentant étrangers à leur propre pays »

Patrice Quarteron a reçu un flot de haine sur les réseaux sociaux, celle des lâches qui pour le coup, nous rappellent les « heures les plus sombres » comme ils disent ! Des propos qui dénotent une inculture profonde en matière d’histoire des peuples et de l’esclavage en particulier. Ils démontrent une bêtise abyssale qui est la marque des progrès tristement affligeants réalisés par l’Education nationale française en général, et sa majorité de profs gauchisés en particulier. En voici quelques exemples :


Nique ta mère ! C’est à mes parents et à Allah que je dois tout, et pas à ce pays de facho, espèce de Bounty. (L’insulte préférée des Africains pour les Antillais-Noir en surface, blanc en dedans)

 Je suis africaine jusqu’à la mort, j’en suis fière, et si tu n’es pas content, on s’en fout.

Avec ta tête d’esclave heureux, désolée tu n’es pas français et ne le seras jamais. Tu es juste un descendant d’esclave acculturé et complexé qui croit que ses ancêtres sont des Gaulois.

Quand la France te la mettra à l’envers comme à tous les Noirs Beurs Chinois etc. Tu vas pas dire la même chose et tu verras comment elle va bien te douiller ta chère France.

On ne doit rien à la France.

J’ai pour ma part, beaucoup d’admiration pour Patrice Quarteron que je ne connais pas, pour ce sportif, pour le travail qu’il fait comme entraîneur à Grigny, et ce dans le plus grand silence des médias.

Ceux-ci hélas, préfèrent favoriser les artistes et les sportifs qui répondent à la doxa « droits de l’hommiste », et autres « changement climatique ». Ils privilégient les « donneurs de leçons » anti Français, souvent anti Blancs, entre deux voyages, deux avions, une télé « d’enfoirés » et les plateaux télés pour promouvoir leurs disques et films. Petit exemple du langage de vérité sans artifice ! On notera que personne ne vient se frotter au gaillard ! Bravo Patrice !

Gérard Brazon pour ripostelaique.com

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Participer à la discussion

Soutenez Peuple de France en faisant un don.



Articles à lire aussi