Peuple de France: HAUSSE CSG : ATTAQUER LES RETRAITÉS, C'EST MÉPRISER CEUX QUI ONT TRAVAILLÉ

Alerte info

Flash info : Flash info

vendredi 2 mars 2018

HAUSSE CSG : ATTAQUER LES RETRAITÉS, C'EST MÉPRISER CEUX QUI ONT TRAVAILLÉ


En déclarant hier à Châlons-en-Champagne qu'il « assumait » surtaxer les retraités, même aux dépens de sa « popularité », le Président de la République a commis une grave erreur.



Il persiste en effet dans l'aveuglement consistant à en demander toujours plus à ceux qui ont travaillé toute leur vie et qui méritent, au nom du pacte social que la Nation a passé avec eux, de pouvoir jouir du fruit des décennies d'efforts qu'ils ont produits et d'en faire bien souvent profiter les membres de leur famille.

Cet argent, les retraités ne l'ont pas volé, ils l'ont gagné en faisant vivre et grandir notre pays, qu'ils ont forgé au prix de leur travail. Penser qu'on peut surtaxer impunément les retraités et se servir d'eux comme une variable d'ajustement budgétaire, c'est avant tout les mépriser. Voilà une conception erronée de la société, qui en dit long sur la logique utilitariste à l'œuvre à l'Elysée depuis mai 2017.

Contrairement aux versions successives que le gouvernement a livrées avec embarras des effets de la hausse de la CSG, les Français savent très bien aujourd'hui que les petites retraites n'ont pas plus été épargnées que les grandes par la surtaxation. De tous les coins de France, les Républicains ont recueilli des témoignages qui prouvent qu'à partir de 1 000 € par mois, les retraités vont devoir encaisser une perte annuelle équivalente à plusieurs centaines d'euros.

Ce n'est pas notre conception de la société. Cela heurte même frontalement la vision que les Républicains ont de la vie en commun entre les générations de Françaises et de Français.

Et puisque M. Macron se fait fort d'assumer ce qui est pour des millions de Français une véritable faute, nous lui conseillons, entre deux tirades de « Pierre et le Loup », d'ouvrir les pages roses du dictionnaire. Il y trouvera cette sage citation latine, qui, souhaitons-le, le fera peut-être réfléchir : « Errare humanum est Perseverare diabolicum », l'erreur est humaine mais persévérer dans l'erreur est diabolique. C'est pourtant bien ce que fait le président de la République en refusant de voir l'injustice criante que constitue la hausse de la CSG.

Gilles Platret
Porte-parole des Républicains
Maire de Chalon-sur-Saône

Source : republicains.fr

2 commentaires:

  1. De plus;ces pauvres retraités, en majorité ont votés pour lui ??!! Alors qu'il avait annoncé lors de sa campagne cette hausse de la csg . On a encouragé fortement dans les maisons de retraite a voter pour cet homme a sang froid et entièrement programmé par le grand capital .... Ce n'est pas terminé, nous ne sommes qu'au début de ses forfaitures...

    RépondreSupprimer
  2. C'est une honte ! Les retraités ont travaillé toute leur vie et ont cotisé sur la base de leur salaire pour recevoir une retraite. Monseigneur Macron comme au temps du moyen-âge taxe les petits gens. J'espère. Qu'il y aura une justice et que cela ne lui portera pas chance

    RépondreSupprimer

Participer à la discussion

Soutenez Peuple de France en faisant un don.