Peuple de France: Economie: Quand la réalité rattrape la propagande

Alerte info

Flash info : Fusillade à Bruxelles: Salah Abdeslam condamné à 20 ans de prison pour tentative d’assassinat terroristeFlash info

mardi 13 mars 2018

Economie: Quand la réalité rattrape la propagande

D’un côté le gouvernement qui utilise la méthode Coué du « tout va très bien Madame la marquise » et de l’autre la triste réalité des statistiques.


On nous claironne que tout va mieux depuis que Macron est arrivé à la présidence de La République. Qu’enfin notre économie se redresse. Vous y croyez ? Moi pas !

D’un côté le gouvernement qui utilise la méthode Coué du « tout va très bien Madame la marquise » et de l’autre la triste réalité des statistiques. Et j’ai bien raison puisque selon les chiffres, ceux-là incontestables puisque officiels, la progression des faillites d’entreprises françaises est à la hausse encore et toujours. Le nombre des faillites est en constante progression depuis 2012.

Mais ce qui en plus est nouveau ce sont les défaillances de grandes entreprises qui ont significativement augmenté depuis 2012. Or la fermeture de grosses structures entraine forcément celles des sous-traitants et de tous ceux qui vivent autour desdites structures. Des villes entières sont touchées et périclitent en même temps que l’entreprise phare de la région ferme. Le risque immédiat de ces faillites est la réaction en chaîne qui peut déboucher sur des répercussions dramatiques pour l’emploi déjà mal en point. Là aussi les chiffres officiels permettent de constater que le maquillage actuel pour nous faire croire à la baisse du chômage est totalement inepte.

Le politique qui espère nous faire croire que la situation économique de la France s’améliore est soit un grand naïf soit un véritable escroc. La réalité vient de la consultation des chiffres de l’assurance-crédit, ce système qui surveille les entreprises et leur propose aussi le rachat de factures pour équilibrer la trésorerie. Les grandes entreprises qui sont défaillantes mettent au chômage d’un coup de nombreuses personnes et comme souvent ces entreprises faisaient vivre leur région, il est quasi impossible de retrouver du travail sur place.

Alors que le nombre de défaillances d’entreprises aurait reculé d’environ 7% en France en 2017, celui des ETI (entreprises de taille intermédiaire) et grands groupes aurait, lui, bondi de 46%, selon ses estimations. « L’année dernière nous avons relevé 19 défaillances dans cette catégorie d’entreprises. Le chiffre d’affaires cumulé de ces sociétés représentait 3 milliards d’euros, en hausse de 115%, soit plus du double, par rapport à 2016. Ce qui est loin d’être anodin pour les filières concernées », analyse Stéphane Colliac, économiste senior en charge de la France chez Euler Hermes. (Source Challenges du 1er mars 2018)

Les bons chiffres de la reprise économique sont l’arbre qui cache le désert qui se profile à l’horizon.
On ne voit pas pourquoi il y aurait du mieux dans une société où le pouvoir politique n’arrive toujours pas à lâcher du lest aux entreprises pour qu’elles puissent se développer sereinement et embaucher.

En 2017, c’est le secteur agro-alimentaire qui a été le plus touché avec 5 grandes entreprises sur le carreau. C’est que lorsque le politique dit « tout va mieux » il faut comprendre « plus de chômage ».
Car l’entreprise doit réduire ses marges et augmenter ses charges fiscales. Et ainsi l’entreprise licencie plus. Cette spirale est infernale dans le temps et ne présage rien de bon.

Selon Bercy, le ministère de l’Économie, l’endettement des entreprises est en hausse constante depuis 2005 en France. C’est là que se situe l’inquiétude des économistes. D’autant que chez nos voisins, la tendance semble s’inverser et leur permet de redresser leur économie.
Le fossé se creuse entre la France et les alliés européens.

Selon les économistes, 2018 risque bien de voir se poursuivre cette mauvaise tendance. Ce gouvernement qui dès son arrivée nous avait pourtant promis que la pression fiscale retomberait a donc menti puisqu’au contraire en moins d’un an Macron et Philippe nous ont déjà augmenté plusieurs taxes dont certaines grandement et que la hausse devrait se poursuivre inexorablement.

Alors rien ne va plus!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Participer à la discussion

Lire aussi