Peuple de France: EMMANUELLE MÉNARD : « JE SUIS QUOTIDIENNEMENT ASSAILLIE DE COURRIERS DE RETRAITÉS SE PLAIGNANT DE CETTE HAUSSE DE LA CSG »

Alerte info

Flash info : Fusillade à Bruxelles: Salah Abdeslam condamné à 20 ans de prison pour tentative d’assassinat terroristeFlash info

mercredi 7 mars 2018

EMMANUELLE MÉNARD : « JE SUIS QUOTIDIENNEMENT ASSAILLIE DE COURRIERS DE RETRAITÉS SE PLAIGNANT DE CETTE HAUSSE DE LA CSG »

Emmanuelle Ménard. Députée de l'Hérault.


Emmanuelle Ménard a écrit au ministre du Budget, Gérald Darmanin, pour réagir contre la hausse de la CSG. Depuis le 1er janvier, la mesure s’applique, et les retraités la ressentent très durement, particulièrement, bien sûr, les moins aisés d’entre eux. C’est autant d’argent qu’ils ne donneront plus à leurs enfants ou petits-enfants, qui ont parfois du mal à joindre les deux bouts.




Emmanuelle Ménard, vous avez écrit au ministre de l’Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, pour protester contre la hausse de la CSG. Pourquoi réagir maintenant ?

« Nous avions déjà réagi contre cette promesse de campagne de monsieur Macron. Cela fait de longs mois que nous protestons contre cette mesure. Depuis le 1er janvier 2018, la mesure s’applique et donc les retraités subissent désormais dans les faits la hausse de 1,7 point de la CSG. C’est pour cette raison que j’ai réécrit aujourd’hui à monsieur Darmanin. Depuis lors, je suis assaillie quotidiennement par des retraités qui se plaignent de cette mesure. Un retraité m’a récemment confié que cette mesure lui enlevait 67 euros par mois dans son budget. Ça compte quand on a un petit budget. »



Le gouvernement se justifie en déclarant que cette mesure permettra de donner plus de pouvoir d’achat aux actifs. On parle de 7 milliards d’euros de pouvoirs d’achat qui seront redistribués. Les retraités paient-ils pour les actifs ?


« D’une part, ce sont les retraités qui paient pour les actifs. D’autre part, le raisonnement ne tient pas. Les 67 euros du même retraité dont je vous parlais sont autant d’argent qu’il ne donne pas à ses enfants ou à ses petits enfants. Ce sont des actifs qui ont parfois du mal à joindre les deux bouts, parce que la situation de l’emploi est difficile. Or, les grands-parents par définition très souvent retraités aident les générations en dessous et ne peuvent désormais plus le faire à la même hauteur en raison de cette baisse de pouvoir d’achat.
Dire que les retraités payent pour les actifs n’est en réalité pas tout à fait vrai. En revanche, beaucoup de retraités ne sont pas aisés et se retrouvent, par cette mesure, attaqués au quotidien dans leur pouvoir d’achat. »

[...]

En savoir plus sur bvoltaire.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Participer à la discussion

Lire aussi