Revue de presse - Peuple de France: Affaires Théo-Marin: Le deux poids deux mesures dans le traitement de l’information par les médias du système

Recherche sur le web

mercredi 7 mars 2018

Affaires Théo-Marin: Le deux poids deux mesures dans le traitement de l’information par les médias du système

Marin se remet très difficilement de ses traumatismes

Le deux poids deux mesures dans le traitement de l’information par les médias du système.



Théo Luhaka, homme irréprochable s’il en est, a fait le buzz. Les médias main Stream ou de propagande et l’attitude irresponsable de notre président ont fait en sorte, en niant la nécessaire sagesse qui doit être inhérente à l’action de l’IGPN puis de la justice, de nous préparer aux prémices d’une micro guerre civile en jetant en pâture l’ensemble de nos forces de police à des peoples dépourvus de raison et à des jeunes immatures avides de sensations. Par contre, il y a un fait avéré qui a été presque totalement superbement occulté ou pour le moins très peu traité par cette même presse.

En effet de jeunes voyous qui ne partagent absolument pas nos valeurs, sous prétexte d’attentat à ce qu’ils appellent la pudeur, s’en sont pris à Lyon, à la Part-Dieu, à un jeune couple qui s’embrassait.
Mon héros, Marin, voyant la tournure grave que prenaient les événements est intervenu courageusement pour prêter main forte à ce couple et il a été littéralement massacré.

Il a été pendant un certain temps entre la vie et la mort et se remet très difficilement, tant moralement que physiquement de ses traumatismes. 

J’ai écrit ce texte sur une ancienne chanson interprétée, il y a un certain temps, par Petula Clark et qui s’intitule justement Marin, afin de lui rendre hommage et aussi pour dénoncer le deux poids deux mesures dans le traitement de l’information par les médias du système.

MARIN

Marin homme sage tu peux être fier
Mais ton grand courage me rend bien amer
En défendant jeunes gens qui s’embrassaient dans la ville
Toi tu t’es fait massacrer par de lâches « chariatants »
Et depuis ce maudit jour où tu croisas ces débiles
Tu ne connais que souffrance et des tourments

L’honneur est un gage qui meurt sous nos yeux
Seule notre rage, vaincra tous ces gueux

Les médias sont restés cois, tu ne feras pas la une
Cette histoire est occultée, car tu n’es qu’un petit blanc
tu ne seras pas Théo dont on pleure encore la lune
et les bonobos vengeurs seront absents

Daniel Praeger pour ripostelaique.com

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Participer à la discussion

Soutenez Peuple de France en faisant un don.



Articles à lire aussi