Peuple de France: Karnaval des gueux à Montpellier : onze feux, quatre policiers blessés, cinq gardes à vue

Alerte info

Flash info : Flash info

mercredi 14 février 2018

Karnaval des gueux à Montpellier : onze feux, quatre policiers blessés, cinq gardes à vue



Quatre policiers de la Sécurité publique du commissariat central de Montpellier ont été blessés, dont un grièvement au visage et onze incendies volontaires ont été allumés sur la voie publique, tel est le premier bilan ce mercredi à 8h de la nuit agitée lors du Karnaval des gueux dans les rues de la ville. Les policiers ont procédé à cinq interpellations. Les personnes arrêtées en flagrant délit sont en garde à vue.



“Les quatre agents des forces de l’ordre ont été légèrement blessés par des jets de projectiles. Ils ont été examinés par un médecin des sapeurs-pompiers du Sdis 34 à l’hôtel de police. Toutefois, ces policiers n’ont pas été transportés aux urgences du CHU par les pompiers”, selon une source proche de l’enquête, ouverte après les violents incidents qui ont émaillé le défilé, dès 19h30 mardi soir.

Gaz lacrymogène


Le préfet de l’Hérault et le maire de Montpellier avaient pourtant interdit ce rassemblement festif, mais des provocateurs et des agitateurs s’en sont pris aux policiers, qui ont répliqué par des jets de gaz lacrymogène cours Gambetta, place Roger Salengro à Figuerolles, rue d’Alger et dans les quartiers Rondelet et Saint-Denis.

Des clients attablés aux terrasses de cafés au faubourg de Figuerolles ont été incommodés par les gaz lacrymogène, utilisés pour disperser des groupes violents. Les policiers ont également utilisé un camion doté d’un canon à eau.

Les quatre policiers blessés, dont un âgé de 53 ans grièvement au visage et notamment à la bouche et qui est hospitalisé appartiennent à la brigade anticriminalité -BAC- du commissariat central.

Des pierres sur des journalistes


Comme pour le Karnaval des gueux de l’année dernière, du mobilier urbain et des commerces ont été vandalisés. Huit containers, deux tas de palettes et une voiture en stationnement ont été incendiés dans la nuit de mardi à ce mercredi.

Par ailleurs, des journalistes qui couvraient le Karnaval des gueux ont été pris à partie et victimes de jets de pierres. Une caméra d’une équipe de télévision locale aurait été volontairement cassée.

[...]

En savoir plus sur e-metropolitain.fr

1 commentaire:

  1. normalement au premiers coup de pétard tout le secteur sous loi martiale , faut arrêté de jouet vierge effarouchée avec c'est fumiers .

    RépondreSupprimer

Participer à la discussion

Soutenez Peuple de France en faisant un don.



Lire aussi