Revue de presse - Peuple de France: Un travailleur social: "95% des migrants retournent en vacances « au bled », dès que l’Etat les régularise"

www.peupledefrance.com

Recherche sur le web

vendredi 23 février 2018

Un travailleur social: "95% des migrants retournent en vacances « au bled », dès que l’Etat les régularise"

Entretien politiquement incorrect avec un travailleur social. C’est parce que le problème des sans domiciles fixes le révolte qu’il a bien voulu répondre à nos questions anonymement. Ses positions surprenantes dérangeront probablement ceux qui ont des idées préconçues sur le sujet.



Commençons par le commencement : les notions. Qu’est ce qu’un « SDF » ?

SDF veut dire Sans Domicile Fixe. C’est donc une appellation très floue que le gouvernement, les associations et certains mouvements utilisent pour culpabiliser les Français. 95% des migrants arrivant en France sont considérés comme des SDF alors qu’ils ont un logement (souvent une maison) au pays. D’ailleurs, ils y retournent en vacances « au bled », dès que l’Etat les régularise. 

Imaginez qu’il y a presque 100 millions de touristes qui viennent en France tous les ans. Sont-ils considérés comme des SDF ? Vous devez comprendre que ce terme a été créé pour ne pas stigmatiser les clochards et les sans abris de l’époque : des personnes marginalisées et coupées de la société. En général, les clochards se mettent en scène dans les centres des grandes villes afin de bénéficier de la bienveillance des citadins et des multiples services sociaux dédiés à la rue. 

Ils refusent généralement d’intégrer des centres d’hébergement qui, s’ils sont plus propres depuis peu de temps, leur imposent des règles qu’ils refusent et le partage de leur chambre (cela entraîne souvent des cohabitations difficiles).

En général, les SDF français sont marginalisés, n’entretiennent plus de liens familiaux. A contrario, les SDF immigrés ont d’énormes réseaux, étant souvent invités en dehors du centre. Ils ont généralement de la famille en Île-de-France. C’est pour cette raison que les associations ont contesté la fin des 75% de la réduction du « pass navigo » pour les « sans papiers », ou plus précisément les immigrés illégaux ! Effectivement, migrants et clandestins en ont besoin pour se promener et aller voir leurs amis et leurs familles. Du reste, le montant de cette réduction est l’équivalent du ministère à l’Egalité.


Le projet de loi asile et immigration de Gérard Collomb va-t-il changer les pratiques en matière d’hébergement d’urgence ?

Ce projet est la plus grande machine à régulariser de toute l’histoire de France. L’Etat sait très bien qui est hébergé dans chaque centre puisqu’il finance 18.000 euros la place à l’année via la DRIHL (service de la préfecture). Les associations mentent donc en refusant de communiquer les noms des personnes s’y trouvant. Cette opération va permettre de faciliter les régularisations grâce à la circulaire Valls. Au surplus, les fonctionnaires devront être bienveillants et moins pointilleux que par le passé. Il y a 30% de sans papiers en moyenne dans certains centres, un chiffre qui peut monter jusqu’à 90% ! En général, ils sont sans papiers, en raison de difficultés mineures liées à l’exigence de fournir des pièces administratives (pays d’origine refusant la délivrance de documents etc). Mais comme l’Etat va devenir bienveillant (terme officiellement prononcé par l’Elysée), les fonctionnaires seront moins exigeants. Tout cela n’est qu’un sketch car les principes délirants d’accueil inconditionnel de la loi DALO/Sarkozy ne seront pas touchés par la loi . Il n’est pas question de virer des gens des centres, mais bien de leur permettre d’accéder aux 20.000 logements offerts par Macron.

Pour les migrants et immigrés venus pour des raisons purement économiques, il faut stopper les appels d’air avec des prises en charge de luxe. Ils sont en général propriétaires au pays : qu’on les loge en dortoirs de 30 à l’extérieur des villes en attendant qu’ils soient renvoyés chez eux. Ma position est dure mais le social doit rester du social. Les Français ne doivent pas financer le dumping social servant au patronat et les migrants doivent d’abord penser à construire leur pays avant de migrer pour devenir de bons salariés à bas prix et d’excellents consommateurs.


Entretien complet dans lincorrect.org

1 commentaire:

  1. Les centres d'hébergements sont vides en été!!! Tout est dit!!!

    RépondreSupprimer

Participer à la discussion

Nous avons besoin de vous ! Soutenez Peuple de France en faisant un don.



Articles à lire aussi