Peuple de France: Les entreprises françaises sont les plus matraquées d'Europe

Alerte info

Flash info : Flash info

mardi 6 février 2018

Les entreprises françaises sont les plus matraquées d'Europe


La France enregistre un nouveau et terrible record négatif, celui des prélèvements obligatoires sur les entreprises. C'est une très mauvaise nouvelle.



C'est le cabinet d'audit et de conseil PwC (PricewaterhouseCoopers) qui l'annonce dans son rapport annuel « Paying Taxes » réalisé en partenariat avec la Banque mondiale : la France, qui est déjà championne d'Europe des dépenses publiques et vice-championne des prélèvements obligatoires derrière le Danemark, se singularise une nouvelle fois dans le côté obscur de l'économie. Dans la catégorie « ponction sur les entreprises » (impôts, taxes et charges sociales), ses entreprises supportent un niveau incroyablement élevé de prélèvements obligatoires : 62,2 % de leur chiffre d'affaires en moyenne, ce qui est colossal, sachant que la moyenne mondiale est de 40,5 %. En Europe, l'Allemagne est à 46,9 % et le Royaume-Uni à 30,7 %.

Le plus terrible est sans doute le poids considérable de nos charges sociales, qui engloutissent à elles seules plus de la moitié (51,1 %) du chiffre d'affaires de nos entreprises tandis qu'elles ne représentent que 21,4 % en Allemagne et 10,9 % au Royaume-Uni. On aurait voulu organiser une concurrence déloyale avec nos grands voisins et concurrents qu'on ne s'y serait pas pris autrement ! Notre taux de 51,1 % est évidemment un taux moyen qui correspond, selon PwC, à une PME de 60 salariés dans l'industrie manufacturière.

Notre compétitivité recule sans cesse


Pour ce qui concerne les prélèvements obligatoires dans leur ensemble, le petit Danemark qui est champion d'Europe, de très peu, devant la France, a au moins le mérite de ne pas matraquer ses entreprises, car il a compris qu'elles étaient source de richesses et qu'on ne pouvait distribuer une part de ces richesses qu'à la condition de les produire : son taux de prélèvements sur les entreprises n'y est que de 24,2 %, et pour les charges sociales, il tombe à 3,8 % face à nos 51,1 %. Un gouffre nous sépare déjà de l'Allemagne et du Royaume-Uni mais, par rapport au Danemark, de ce point de vue, nous sommes sur une autre planète !

Le résultat d'un aussi excessif et brutal matraquage sur les entreprises françaises n'étonnera personne : notre compétitivité recule sans cesse et la part de nos exportations dans celles de la zone euro s'est littéralement effondrée pendant la période 2000-2017, passant de 17 % à 12,9 %, selon le douzième bilan annuel de Coe-Rexecode alors qu'en Allemagne, dans le même temps, on a grimpé de 26,5 % à 29,2 %.

[...]

Article complet dans lepoint.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Participer à la discussion

Soutenez Peuple de France en faisant un don.



Lire aussi