Revue de presse - Peuple de France: La justice condamne la perquisition d’un employé de centrale nucléaire suspecté d’islamisme

Recherche sur le web

mardi 27 février 2018

La justice condamne la perquisition d’un employé de centrale nucléaire suspecté d’islamisme


Le tribunal administratif d'Orléans a désavoué le préfet du Loiret, qui avait ordonné des perquisitions chez un salarié de la centrale nucléaire de Dampierre-en-Burly, soupçonné de sympathies islamistes.




Il avait refusé d'observer une minute de silence après les attentats en France, ou encore déclaré après l'attaque contre un club gay à Orlando aux États-Unis que « si la charia était appliquée, il n’y aurait plus de problèmes avec la communauté homosexuelle. » Un salarié EDF, travaillant à la centrale nucléaire de Dampierre-en Burly (Loiret) et soupçonné de sympathie pour le terrorisme islamique, avait été perquisitionné chez lui ainsi que dans son bureau sur ordre du préfet du département.

Saisi par le salarié lundi, le tribunal administratif d’Orléans lui a toutefois donné raison en annulant la décision qui ordonnait les deux perquisitions. L’État a été condamné à lui verser 2000 euros au titre de ses frais de défense. Estimant qu’aucun élément n’avait pu être apporter pour établir que l’homme « constituait une menace pour la sécurité et l’ordre publics » comme l'affirmait le préfet, le tribunal a considéré que « les circonstances de date et de lieu » dans lesquelles les propos sur les homosexuels auraient été tenus n'étaient pas établies.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Participer à la discussion

Soutenez Peuple de France en faisant un don.



Articles à lire aussi