Peuple de France: L’insupportable « deux poids, deux mesures »

Alerte info

Flash info : Flash info

mardi 13 février 2018

L’insupportable « deux poids, deux mesures »



Si je devais retenir une seule marque de notre décadence, ce serait probablement le « deux poids, deux mesures » systématiquement pratiqué par les pouvoirs publics et par les médias politiquement corrects.



On le constate aisément lorsqu’on remarque que les délinquants ou les criminels sont parfois mieux traités qu’un automobiliste ayant dépassé de quelques kilomètres par heure la vitesse autorisée.

On le constate aussi lorsqu’on relève que les agressions contre les chrétiens (considérablement plus nombreuses que toutes les autres agressions anti-religieuses en France) n’arrivent pas à émouvoir quiconque, alors que le moindre tag sur une mosquée exige une réaction présidentielle.

Ce « deux poids, deux mesures » en matière religieuse, les réseaux sociaux l’appellent drôlement « l’allahïcité », c’est-à-dire l’utilisation des lois laïques pour prohiber les croix, mais favoriser les prières islamiques de rue.

Au nom de cette « laïcité » à géométrie variable, Mme Hidalgo peut laisser ses adjoints rêver à voix haute de détruire le Sacré-Cœur de Montmartre, mais reçoit, aux frais du contribuable parisien, à l’hôtel de ville, de nombreux convives pour la rupture de jeûne du Ramadan.

Au nom de cette laïcité à géométrie variable, M. Kanner, ancien ministre socialiste, invite l’actuel gouvernement à mettre en œuvre sans tarder un concordat pour l’islam. Il réclame mê­me de M. Macron de créer un « consistoire central de l’islam de France » organisant le culte musulman, comme Napoléon le fit pour le culte juif.

Mais, pour ce résultat, Napoléon disposait d’un pouvoir impérial, bénéficiait du régime concordataire, et surtout avait soumis à 71 rabbins des questions précises sur la compatibilité de leur culte avec l’appartenance à la nation française. J’imagine mal M. Macron en faire autant avec les inénarrables imams de Villetaneuse ou de Brest qui expliquent doctement dans leurs vidéos que celui qui mange du porc se transformera en porc ou comment battre sa femme !

Par ailleurs, aussi différent soit le judaïsme du christianisme, un grand nombre de points communs facilitaient l’opération – ce qui ne serait certes pas le cas avec l’islam.

En tout cas, M. Kanner, qui réclame toujours plus de laïcisme pour priver le christianisme de toute visibilité publique, a les yeux de Chimène pour le concordat d’Alsace-Moselle, s’il peut favoriser l’islam.

Relevons aussi la récente sortie de Mme Schiap­pa contre « Ebdo » qui avait publié un article sur « l’affaire Hulot ».

Comme il est difficile de l’ignorer, tant le battage médiatique est assourdissant, M. Hulot est accusé de viol et agression sexuelle. Pour autant que j’aie compris, ces affaires sont prescrites ou classées et la justice ne pourra donc pas trancher. C’est donc parole contre parole.

J’en parlais la semaine dernière : je trouve ahurissant cette faculté de salir l’honneur d’un homme, sans jamais se préoccuper de la véracité des faits.

Mais je trouve assez surprenant que Mme Schiappa, qui incitait récemment encore à la délation, et refusait à un avocat le simple droit d’évoquer des circonstances atténuantes pour son client, juge désormais de telles déclarations « irresponsables ». On n’ose imaginer que cette soudaine hostilité à la délation ait quoi que ce soit à voir avec le fait que, cette fois, la délation vise l’un de ses collègues ministres.

Selon le mot de Jean-François Kahn à propos de l’affaire DSK, quand le suspect est puissant, le viol n’est jamais qu’un « troussage de domestique ». Et, quand le suspect est étranger, le viol est sans doute une façon ludique de comprendre la diversité culturelle !

Guillaume de Thieulloy pour les4verites.com

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Participer à la discussion

Soutenez Peuple de France en faisant un don.



Lire aussi