Peuple de France: Immigration : la fausse fermeté de Macron

Alerte info

Flash info : Flash info

jeudi 22 février 2018

Immigration : la fausse fermeté de Macron

Emmanuel Macron

L’Etat macronien, le cul entre deux chaises, s’apprête à ne rien régler du défi posé par l’immigration de peuplement.

 


Le "En même temps" présidentiel, qui permet le double discours, rend illisible le projet de loi "Asile, immigration et intégration", présenté ce mercredi en Conseil des ministres. Certes, l’Etat entend théoriquement faire la distinction entre le réfugié politique et l’exilé économique, afin de n’accorder l’asile qu’au premier. Mais ce principe est déjà ébranlé. En effet, le premier ministre, Edouard Philippe, a fait savoir qu’il allait reprendre également les grandes lignes du rapport remis lundi par le député En Marche, Aurélien Taché,ex-militant socialiste. Or ce dernier contredit la politique d’apparente fermeté voulue par Emmanuel Macron. Taché propose de maintenir l’indifférenciation entre les demandeurs d’asile si, six mois après l'enregistrement de leur dossier, ils n’ont pas reçu de réponse. Dans cette hypothèse, non seulement le persécuté politique et le chercheur de meilleure fortune conserveraient leur égalité de statut, mais rien ne les distinguerait des Français eux-mêmes ! Taché : "Les immigrés ont une formidable envie de s’en sortir. Il faut donc leur donner les moyens d’être autonomes en rétablissant l’égalité entre Français et eux dans l’accès à l’emploi et au logement". Alors que la France souffre d’un chômage endémique, d’une pénurie de logements et d’une intégration en faillite, voilà un député qui reprend les discours angéliques qui étaient ceux de la gauche des années 80. Accorder les mêmes droits au demandeur d’asile et au citoyen revient à vider de sa substance ce qui constitue une nation.

Ceux qui croyaient impensable qu’un homme politique censé puisse encore répéter : "L’immigration est une chance pour la France", au vu des désastres produits par le choc des cultures, n’avaient pas encore entendu le chef du gouvernement. La version de Philippe ne diffère guère du vieux couplet, quand il déclare, mardi : "La diversité est une chance dans notre République une et indivisible". En ajoutant : "La France a une longue et belle tradition d’accueil. Mais notre pays n’est pas toujours à la hauteur de cette tradition". En fait, l’apparente conversion de Macron au réalisme, qui effraie les "humanistes", semble n’être qu’un leurre. Celui qui avait soutenu la politique d’Angela Merkel dans son accueil de plus d’un million de réfugiés en 2015 est resté peu ou prou le même homme. Macron, imprégné du conformisme immigrationniste, ne sera jamais celui qui fera obstacle aux pressions culpabilisantes, d’ailleurs reprises par son premier ministre. Dans la vision macronienne du tout économique, l’insertion par l’emploi est jugée suffisante pour parler d’intégration. C’est cet a priori que reprend Taché, qui va jusqu’à proposer de développer un "hébergement citoyen" afin que des familles puissent accueillir des réfugiés, quitte à ce qu’elles bénéficient d’un crédit d’impôt pouvant aller jusqu’à 1800 euros par an. Cependant, cette vision productiviste pêche par son aveuglement volontaire : ce n’est pas le chômage qui fracture la France, mais le rejet de ce qu’elle représente aux yeux d’immigrés légitiment attachés à leur propre culture, à leur propre civilisation.

Un article de Ivan Rioufol paru sur son blog 

1 commentaire:

  1. il suis les prérogatives de cette gouvernance européen , plus de taxe pour la dette et porte ouverte pour les étrangers illégaux qui envahis les pays occidentaux , avec des prisons quatre étoile .......

    RépondreSupprimer

Participer à la discussion

Soutenez Peuple de France en faisant un don.