Revue de presse - Peuple de France: Est-ce cela le pays des Droits de l’Homme ?

Recherche sur le web

samedi 24 février 2018

Est-ce cela le pays des Droits de l’Homme ?


Comment se fait-il qu’au pays des Droits de l’Homme, des Français affrontent l’hiver dans des caravanes, des voitures ou des abris de fortune, quand ce n’est pas sous un pont, dans les couloirs du métro, sous des porches, voire à même le trottoir ?




Au cours de la période de grand froid que notre pays a connue, un de mes amis eut la curiosité d’aller à la rencontre d’une femme qu’il voyait sortir d’une caravane rangée en bord de route, derrière un point d’eau pour Sapeurs Pompiers – ce qui permettait à cette femme d’avoir l’eau courante ! S’il prit la décision d’aborder cette personne, c’est parce qu’il l’avait déjà vue traverser la route au même endroit pour aller chercher du bois, qu’elle faisait brûler, le soir venu, dans un poêle, afin que la nuit glaciale fût supportable et que sa fille, âgée de 15 ans, pût apprendre ses leçons et faire ses devoirs sans grelotter. En effet, pour la mère comme pour la fille, le principal souci était de ne pas mourir de froid, à tel point que la nourriture elle-même était devenue secondaire malgré son côté minimaliste.

Évidemment, cette personne refusa de se laisser aborder par un inconnu, qui plus est de nuit. Mais ce dernier lui dit qu’il reviendrait le lendemain, à la même heure, cette fois-ci avec sa compagne, afin d’éviter toute ambiguïté. Depuis, la mère et la fille dorment chacune dans un vrai lit, et connaissent la joie d’un feu de cheminée. Plus encore, la mère s’est mise à chercher du travail, et la fille s’est révélée être une excellente élève.

Tous les démunis n’ont pas cette chance. Mais si un couple de Français ordinaires a su réagir de la sorte, comment se fait-il que l’Etat, dont les moyens sont colossaux dès lors qu’il le décide, laisse à l’abandon ses « enfants » ? Comment se fait-il qu’au pays des Droits de l’Homme, des Français affrontent l’hiver dans des caravanes, des voitures ou des abris de fortune, quand ce n’est pas sous un pont, dans les couloirs du métro, sous des porches, voire à même le trottoir ? Qu’attend-on pour que l’appel lancé par l’abbé Pierre le 1er février 1954 soit enfin pris en compte ? Qu’attend-on pour éradiquer la misère française ? Que tous les migrants soient au chaud ? Que toute la misère du monde ait disparu ?

« Charité bien ordonnée commence par soi-même » !

Maurice Vidal pour ripostelaique.com

1 commentaire:

  1. Comme chacun sait, il est difficile de faire le bien !il y aura toujours des tricheurs, ceux qui pleurent et se lamentent le plus pour obtenir un max d'aide et de soutien, souvent de l'argent, ils prennent tout, et le vende à des gens comme lui, dont il n'a aucun scrupule à leur vendre un max, c'est l'égoïste fini ! il ne pense qu'à lui, et ne fera jamais rien pour autrui, même s'il a été aidé, accompagné, c'est souvent ces gens-là qui sont aidé, les vrais pauvres sont fiers et se débrouillent, mais il faut aller les chercher et les apprivoiser pour qu'on les aident car ils sont discrets !

    RépondreSupprimer

Participer à la discussion

Soutenez Peuple de France en faisant un don.



Articles à lire aussi