Peuple de France: Rennes: Deux jeunes femmes refusent les insultes et se font tabasser par des jeunes

Alerte info

Flash info : Flash info

samedi 6 janvier 2018

Rennes: Deux jeunes femmes refusent les insultes et se font tabasser par des jeunes

Deux jeunes femmes ont été violemment tabassées, mercredi soir. La raison : l'une d'elle n'a pas supporté des insultes très dégradantes de la part d'un groupe de jeunes. Et a voulu le leur dire...

Mercredi, vers 20 h 30, près de la place de Monténégro, dans le quartier du Blosne. Deux jeunes femmes de 17 et 21ans s'apprêtent à rentrer chez elles, quand elles croisent un groupe d'une dizaine de jeunes qui squattent le lieu. « Sans aucune raison, elles se sont alors fait copieusement insulter »,résume un enquêteur du commissariat de police de Rennes. Des insultes très dégradantes et à connotation sexuelle. Insupportable.


La plus âgée des jeunes femmes n'admet pas de subir ça et décide de ne pas en rester là. Elle se dirige vers le groupe de jeunes, alors que son amie essaye de la convaincre de continuer à marcher et de les ignorer. « Un des hommes lui a alors dit qu'il était le chef dans ce quartier et qu'il pouvait faire d'elle ce qu'il voulait. » Il s'agit d'un mineur de 17 ans, déjà connu des services de police pour de multiples délits, dont des vols, des outrages...


Le ton monte et, soudain, la jeune femme est frappée et jetée au sol. Les coups pleuvent sur elle, dont plusieurs au visage. Son amie tente de lui venir en aide et subit le même sort. Elle aussi se retrouve au sol et doit subir des coups. « L'un des agresseurs en a profité pour lui voler son sac et partir avec. »

Des policiers de la brigade anticriminalité arrivent rapidement sur place et interpellent un des agresseurs, grâce à des éléments d'identification donnés par les victimes. Le lendemain, jeudi midi, celui qui se vantait d'être le caïd du quartier est interpellé à son domicile. « Ils ont été placés en garde à vue et feront l'objet d'une convocation ultérieure devant le tribunal pour mineurs. Ils ont été remis en liberté. Il est important que l'on montre que de tels faits ne restent pas impunis. »

Domiciliée au Blosne depuis plus de trente ans, cette femme regrette aussi « Il n'y a plus de respect. Des jeunes filles sont traitées comme des objets sexuels par certains jeunes, qui se montent la tête entre eux. Quand vous les croisez individuellement, ils ne disent rien. Mais dès qu'ils sont en groupe... Il y a un vrai problème de culture. »

[...]

En savoir plus sur ouest-france.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Participer à la discussion

Soutenez Peuple de France en faisant un don.