Revue de presse - Peuple de France: Ploërmel : Le collectif #TouchePasMaCroix lance un appel pour le respect du patrimoine

samedi 20 janvier 2018

Ploërmel : Le collectif #TouchePasMaCroix lance un appel pour le respect du patrimoine


David Cabas, porte parole du collectif #TouchePasMaCroix, nous prie de communiquer le texte de son tract tiré à 4 000 exemplaires et distribué aux Ploërmelais.




Appel aux Citoyens : Nous devons protéger notre patrimoine

« Tout ce qui dégrade la culture raccourcit les chemins qui mènent à la servitude », Albert Camus.

Discrètement, la mairie de Ploërmel et le diocèse de Vannes ont conclu un accord pour déplacer la statue du pape Jean Paul 2 sur le terrain privé du collège du Sacré-Cœur afin de protéger la croix qui couronne le monument.

Je dénonce une nouvelle fois ce choix de soumission à une décision de justice injuste. Qu’on laisse tranquille Jean Paul II et sa croix.

La mairie de Ploërmel et le diocèse de Vannes voient en ce choix une décision intelligente pour garantir la paix sociale.

Et pourtant :

Ce choix de déménagement du monument va coûter une fortune.

Déplacer le monument, c’est déplacer le problème. Cà ne le résout pas.

Nous connaissons d’ores et déjà la volonté de la libre pensée de continuer sa folle chasse pour éliminer la présence de tout patrimoine chrétien sur l’espace publique. Ce mouvement sectaire et ultra minoritaire arrive à imposer sa volonté.

Avec ce choix de déplacer le monument, la libre pensée a les mains libres pour s’attaquer à d’autres monuments sur tout le territoire national.

Comme partout en Bretagne, à Ploërmel, il y a d’autres croix qui ont été installées après 1905 sur l’espace public.

Une croix a particulièrement retenu mon attention. Il s’agit de la croix installée au niveau du rond-point en sortant du Leclerc direction Taupont.

Il s’agit d’une croix commémorant le massacre des deux jeunes résistants pendant l’occupation nazie en 1944.

Le 14 juin 1944, à Taupont (Morbihan), les Allemands firent irruption chez la veuve Quatreville dénoncée pour avoir hébergé et ravitaillé des résistants. Ils arrêtèrent son fils unique, Julien Quatreville, et le domestique de la ferme, Pierre SASSIER. Conduits dans les locaux de la Gestapo de Ploërmel, ils furent torturés, puis fusillés à la sortie de la ville, près du Pont de la Trinité.


Après la guerre, une stèle a été érigée sur le lieu de leur exécution, rue du Lac. Ce monument est constitué d’une croix de pierre dressée sur un piédestal portant l’inscription :

« À la mémoire de Julien Quatreville âgé de 18 ans et de Pierre Saussier âgé de 23 ans de Taupont massacrés par les Allemands »

Cette croix comme les autres croix présentes sur l’espace public au vu de notre loi peut subir le même traitement que la croix de Jean-Paul 2.

La jurisprudence aura des conséquences dramatiques sur notre patrimoine.

Alors comment expliquer la lâcheté de la mairie et de l’évêché face à une décision de justice délirante.

Pour un lobbying citoyen :

  1. M. Le Diffon aurait dû vendre la parcelle, position défendue par Mr Anselin depuis des années.
  2. M. Le Diffon avait promis de porter cette affaire devant la justice européenne afin que cette affaire de la croix de Ploërmel ne fasse pas jurisprudence.
  3. En Bretagne, il y a des croix partout : au bord de la route, au bord des chemins, à chaque carrefour. Les élus locaux, régionaux, nationaux, le clergé et les citoyens doivent exiger auprès de nos députés, de nos législateurs un changement de loi pour protéger l’intégrité de notre patrimoine.

Nous ne pouvons plus tolérer un tel chantage.

Citoyens de France, de Bretagne, de Ploërmel, je vous invite à exprimer votre indignation, votre colère, votre incompréhension en écrivant par mail ou par courrier auprès de M. Le maire de Ploërmel, M. Le Diffon et auprès de votre député.

Vous pouvez aussi venir protester devant la mairie le jour du prochain conseil municipal.

Citoyen, entrez en Résistance.

David CABAS

Porte Parole du collectif #TouchePasMaCroix

Secrétaire départemental Debout La France – Morbihan

Aucun commentaire:

Articles à lire aussi