Revue de presse - Peuple de France: Migrants: "Avec Emmanuel Macron, la France continuera de jouer les garde-frontières pour la Grande-Bretagne."

samedi 20 janvier 2018

Migrants: "Avec Emmanuel Macron, la France continuera de jouer les garde-frontières pour la Grande-Bretagne."

Emmanuel Macron. Archive.

Theresa May et Emmanuel Macron ont signé, hier, un nouveau traité venant mettre fin aux accords du Touquet signés en février 2003 comprenant notamment une rallonge financière des britanniques pour gérer la situation à Calais et une accélération de l’accueil des réfugiés notamment des mineurs isolés.


Conformément à son engagement durant la campagne présidentielle et à sa promesse en forme de menace formulée sur fond de Brexit dans les colonnes du Financial Times, le 2 mars 2016 « Le jour où cette relation sera rompue, les migrants ne seront plus à Calais » ; j’attendais d’Emmanuel Macron qu’il revienne sur le transfert de la frontière britannique de Calais à Douvres. En effet, c’est précisément sur ce point que repose tout le déséquilibre de ce traité désormais obsolète dans un contexte migratoire qui a profondément évolué quinze ans après.


Si le contexte de l’époque justifiait, en effet, la signature des accords du Touquet, la pression migratoire inédite qui touche l’Europe et la France motive sa révision profonde et tout d’abord un déplacement de la frontière britannique sur le sol britannique.

Or, Emmanuel Macron a reculé sur la seule mesure qui aurait permis de limiter l’afflux de réfugiés à Calais. En effet, l’accord de Sandhurst fait toujours de la France la chambre d’enregistrement des demandeurs d’asile qui veulent entrer sur le territoire britannique. Notre pays continuera encore de jouer les garde-frontières pour la Grande-Bretagne qui refuse de prendre ses responsabilités.

La France n’a plus à faire le travail du Royaume-Uni, les Calaisiens n’ont plus à payer le prix d’une immigration de transit que l’Angleterre refuse d’assumer. Sur les quelques 2.000 mineurs pris en charge lors du démantèlement de la « Jungle » de Calais en octobre 2016, le Royaume-Uni qui s’était pourtant engagé à accueillir tous les mineurs isolés ayant de la famille outre-Manche, en a finalement accueilli 769 selon le ministère de l’Intérieur britannique. Un chiffre bien faible quand on sait que le seul Département des Alpes-Maritimes, que j’ai présidé durant 9 ans, en a accueilli 791 sur l’année 2017. Un Etat tel que le Royaume-Uni ne peut se défausser à ce point sur la France.

Le Brexit constituait pour notre pays, une opportunité de rééquilibrer la balance sur la question migratoire en adaptant des règles dépassées à la réalité d’aujourd’hui.

La révision des accords du Touquet aurait dû être totale au travers notamment l’ouverture de hotspots pour que les Anglais eux-mêmes traitent les demandes d’asile de tous les migrants présents à Calais en Angleterre et choisissent qui ils veulent accueillir ou non.

Il appartient à l'Etat et à lui seul d'assumer des missions régaliennes telles que celle-ci. L’Angleterre comme la France doivent prendre leurs responsabilités respectives.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Participer à la discussion

Articles à lire aussi

Faire un don à Peuple de France avec PayPal