Peuple de France: Marseille : 4 mineurs sans papiers agressent et dépouillent au hasard de leur errance

Alerte info

Flash info : Flash info

dimanche 7 janvier 2018

Marseille : 4 mineurs sans papiers agressent et dépouillent au hasard de leur errance


En une heure, les agresseurs se sont attaqués à un Marseillais et deux touristes, croisés sur leur trajet. 



Dans la nuit de lundi à mardi, entre 3 et 4 heures, les policiers ont reçu des appels pour dénoncer coup sur coup trois agressions.


Alors qu’il écoutait de la musique en rentrant de chez une amie, un homme de 32 ans a le malheur de croiser le chemin des quatre délinquants. Ces derniers lui ont fait une balayette, le faisant chuter, et l’ont gazé avec un spray lacrymogène. Neutralisée, la victime a été délestée de sa carte de crédit, rapporte La Provence.


Leur soif de violence pas encore assouvie, c’est à peine quelques dizaines de minutes plus tard qu’ils ont croisé un touriste et décidé de s’en prendre à lui. Sur le parvis de la Gare Saint-Charles, les quatre agresseurs ont gazé le jeune homme âgé 22 ans et l’ont frappé à la tête, vraisemblablement avec la gazeuse lacrymogène. L’agression lui a valu 1 jour d’incapacité totale de travail (ITT). Il s’est fait dérober son smartphone et 15 euros…


En descendant les marches du parvis de la gare, les quatre assaillants s’en sont finalement pris à un touriste belge, âgé de 50 ans. L’homme a été immédiatement gazé puis jeté au sol et tabassé. L’agression lui a occasionné de lourdes blessures : un tympan perforé et 21 jours d’incapacité totale de travail (ITT). Les agresseurs se sont enfuis avec sa valise, son téléphone portable et son appareil photo.

Les policiers qui ont pris contact avec les victimes ont pu disposer de signalements précis grâce à leurs témoignages. Des fonctionnaires de la brigade canine ont rapidement identifié et arrêté un premier assaillant. D’autres agents, affectés à la Compagnie de Sécurité Routière (CSR), en ont interpellé un second.


Conduits au commissariat, les suspects qui se présentaient comme ressortissants algériens, ont été pris en charge par les enquêteurs de la Division Centre. Ces derniers ont pu les identifier formellement grâce au Fichier Automatisé des Empreintes Digitales (FAED), malgré leurs fausses déclarations. Les deux mis en cause ont été mis en examen par le juge pour enfants et écroués dans une prison pour mineurs. L’enquête se poursuit.


Source: actu17.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Participer à la discussion

Soutenez Peuple de France en faisant un don.