Revue de presse - Peuple de France: Langourla: L’opposition contre les migrants grandit

lundi 22 janvier 2018

Langourla: L’opposition contre les migrants grandit

Capture d'écran breizh-info.com. Youtube


Mercredi 17 janvier 2018 se tenait un conseil municipal à Le Mené (22) commune à laquelle est rattachée Langourla.



Au menu notamment, le projet d’accueil de migrants au sein de l’ancienne maison de retraite, projet qui suscite la colère et l’opposition d’une partie de la population et qui ne semble pas rencontrer beaucoup d’adhésion si ce n’est celui de M. Aignel, maire du Mené, qui s’est déclaré favorable désormais.

Il faut dire que la vidéo de la précédente réunion que nous avions pu retransmettre sur Internet a été vue plus de 100 000 fois sur les réseaux sociaux, et a suscité la colère de nombreux internautes, locaux, régionaux, ou nationaux de l’étape.

Dans la petite commune de Langourla, à peine 500 habitants, c’est l’effervescence, on n’est pas habitué à une telle lumière médiatique. Des dégradations ont par ailleurs été commises dans la commune, et des slogans hostiles à l’ancien maire (qui a proposé le projet) ont été peints. C’est toute une commune – paisible jusqu’ici – qui semble se diviser et se tendre, sur la question des migrants, et y compris au Mené, le standard de la mairie aurait reçu un nombre historique d’appels.

Sous pression, les élus locaux ont semble-t-il décidé de temporiser un peu et de ne pas soumettre la question des migrants au vote du conseil municipal, ce mercredi. En effet, une réunion publique (avec ou sans l’Amisep, qui porterait le projet ?) sera organisée à la salle des fêtes de Langourla, vendredi 26 janvier prochain, à 20h, pour poursuivre le débat, et le vote serait reporté à début février (le 7)

Les opposants au projet d’accueil des migrants y voient là une perspective optimiste : « Il faut maintenir la pression, il ne faut rien lâcher. Personne ne soutient ce projet dans la commune hormis une petite minorité, les élus savent très bien qu’ils risquent très gros s’ils poursuivent malgré la colère. On était un village calme, ce projet divise, autant l’abandonner pour que tout rentre dans l’ordre » nous glisse un membre du collectif « Les Camélias », qui s’oppose à la venue de migrants.

La semaine qui arrive s’annonce donc décisive, tandis qu’en Ille et Vilaine, l’Etat multiplie les annonces, y compris dans la ruralité (Sens de Bretagne, dans l’ancienne gendarmerie), de réquisition de logements pour faire face au déferlement migratoire – a contrario des pays d’Europe centrale qui eux, sont parvenus à maitriser leurs frontières, fermement si nécessaire.


Source: breizh-info.com

1 commentaire:

  1. Bravo a ces patriotes qui osent braver le pouvoir en place a juste titre. Ils sont un model pour le reste de la France; Cette pauvre France qui terminera par une épuration ethnique ,j'en ai grand peur.....

    RépondreSupprimer

Participer à la discussion

Articles à lire aussi

Faire un don à Peuple de France avec PayPal