Revue de presse - Peuple de France: Immigration: 262 000 titres de séjour accordés en France en 2017 contre… 14 859 expulsions

mercredi 17 janvier 2018

Immigration: 262 000 titres de séjour accordés en France en 2017 contre… 14 859 expulsions



262 000 titres de séjour accordés en 2017 en France contre…. 14 859 expulsions. Ce sont les chiffres officiels de l’immigration dévoilés par le ministère de l’Intérieur, à quelques heures de la visite du président Macron à Calais, ville symbole de l’impuissance des gouvernements successifs à régler la question migratoire en France.



Pour rappel, 100 000 demandes d’asile ont été effectuées en 2017 par ailleurs.

Difficile ensuite d’évoquer « rafles » ou « racisme systémique » comme le font certaines égéries à gauche, eu égard de ce chiffre impressionnant.

La presse mainstream titre sur les pourcentages : en effet, concernant les titres de séjour, cela représente une hausse de 13,7% sur un an – 227 500 titres de séjour ayant été accordés en 2016 – ce qui constituait une hausse de 4,6% par rapport à 2015.

Les expulsions, elles aussi, sont en hausse, mais il suffit de comparer leur nombre à celles des entrées sur le territoire pour se rendre compte du déséquilibre.

Sur 10 ans, à un niveau comme aujourd’hui, cela ferait 2 275 000 titres de séjour accordés contre 148 590 expulsions, soit deux fois la population de l’Ille-et-Vilaine admise en France.

Jean-Paul Gourevitch, démographe, s’interrogeait récemment : « certes l’accueil des migrants doit être «digne», mais avons-nous aujourd’hui, même en comptant sur la générosité des associations, les capacités d’accueil pour héberger « dignement » les quelques 100 000 demandeurs d’asile de l’année 2017 sans compter les migrants irréguliers qui ne sont pas passés par la case demandeurs d’asile ? Sauf à admettre qu’on donne la priorité aux migrants et non pas aux SDF, et aux Français qui vivent sans toit ou dans des logements précaires. Ce que personne n’ose dire. »

Ces chiffres ne permettent par ailleurs pas de connaitre la composition ethnique, à la fois de la France, mais aussi de l’immigration qui y pénètre, ce que déplore M. Gourevitch : « 22 pays du Conseil de l’Europe sur 42 recourent directement aux statistiques ethniques et ce nombre est en constante augmentation. Non seulement il est difficile de soutenir, sauf pour des raisons idéologiques, que le pays qui héberge des personnes ne doit rien connaître de leur origine mais ces statistiques donnent un sens aux luttes menées pour les droits des citoyens qu’il s’agisse des autochtones ou des immigrés.»

Source: breizh-info.com

Aucun commentaire:

Articles à lire aussi