Peuple de France: Macron chez Delahousse : un entretien télévisé pour rien

Alerte info

Flash info : Flash info

lundi 18 décembre 2017

Macron chez Delahousse : un entretien télévisé pour rien



Étrangement, le président Macron, qui avait théorisé la raréfaction de sa parole, n'a pas profité de son entretien avec Laurent Delahousse sur France 2 pour livrer une annonce nouvelle. Ce fut une aimable conversation au cours de laquelle le président commenta son action, notamment le One Planet Summit qui s'est tenu mardi dernier à Paris. Interrogé trop superficiellement, le président en resta aux grandes généralités.

Pour les résumer en quelques assertions : la France, après avoir combattu Daech, veut « gagner la paix en Syrie » ; la France va s'engager plus fortement dans l'éolien et les énergies renouvelables, mais n'est pas en position de réduire rapidement son parc nucléaire ; le président « comprend » que Donald Trump se soit retiré de l'accord de Paris « parce que c'est une promesse électorale » et, en même temps, désapprouve le manquement des États-Unis à un engagement international ; le président Macron qualifie Nicolas Hulot, « un inquiet qui agit » (sic), de « ministre engagé » et refuse de le considérer comme un allié à ménager, car le président Macron « n'a pas d'allié ». Une manière de se démarquer de François Hollande quitté, en 2014, par les ministres écologistes... 

Inévitablement, le président Macron n'a pas pu échapper à une question sur le chômage. Et sa réponse n'a pas non plus été d'une grande surprise : « Les effets des réformes prendront deux ans. » Ce n'est pas tout à fait un engagement à « inverser la courbe du chômage », comme naguère Hollande, mais ça y ressemble quand même un peu. Enfin, Delahousse s'intéressa à la vie de bureau du président. Et celui-ci de confirmer ce que la presse a écrit cent fois en long, en large et en travers : oui, il travaille la nuit, dort peu et possède deux bureaux, l'un d'apparat, l'autre plus personnel « où s'accumulent les dossiers, le désordre »...

Emmanuel Macron n'est pas le premier président à accorder un entretien télévisé pour rien. Il ne sera pas le dernier non plus. Disons qu'après avoir fustigé le bavardage de François Hollande, on s'attendait à une parole présidentielle plus porteuse de sens.

[...]

En savoir plus sur lepoint.fr

2 commentaires:

  1. Oui dramatique car dans l'état où se trouve la France, on aurait dû entendre des paroles fortes et claires annonçant des décisions rapides, claires et réalistes empreintes de bon sens. C'est en somme la confirmation que M. Macron n"est absolument pas à la hauteur du rôle d'un chef d'état digne de ce nom.

    RépondreSupprimer
  2. Macron est un vendeur de vent; dangereux... minable petit énarque

    RépondreSupprimer

Participer à la discussion

Soutenez Peuple de France en faisant un don.



Lire aussi