Revue de presse - Peuple de France: Loudéac. Des professeurs volent au secours d’une « mineure » ivoirienne… de 24 ans

samedi 16 décembre 2017

Loudéac. Des professeurs volent au secours d’une « mineure » ivoirienne… de 24 ans


Illustration. Photo : Breizh-info.com



Certains enseignants de Bretagne n’ont de cesse de tenter d’influencer politiquement les jeunes élèves qu’ils encadrent. Après Lorient, où des professeurs, bien appuyés par la presse mainstream, sont parvenus à mobiliser 1000 personnes – dont une majorité d’élèves mineurs – pour défendre une jeune Albanaise menacée d’expulsion, c’est à Loudéac que s’est déroulée, sur le même registre, une affaire ubuesque.

Une Ivoirienne scolarisée.en 5ème au collège des Livaudières de Loudéac vient en effet d’être soumise à un test osseux qui a révélé… qu’elle avait 24 ans, et non pas 15 comme elle prétendait avoir. Elle vient donc, en tout logique, de se voir retirer sa mesure de protection pour mineur, et donc de sa famille d’accueil.

Nonobstant cette réalité – dont le caractère illégal et frauduleux est avéré – la presse locale subventionnée, ainsi que quelques enseignants et personnels du collège, se sont emparés de ce cas avec succès. Ils ont en effet pu obtenir de l’Inspection académique qu’elle puisse, à 24 ans donc, poursuivre sa scolarité de 5ème jusqu’à la fin de l’année.

Elle pourra remercier le journaliste qui a rédigé l’article, collaborant ainsi de manière efficace à sa présence au collège de Loudéac : « Après avoir fui sa famille pour un périple où elle a accumulé les galères », « Pourtant, la jeune Ivoirienne a déjà subi de nombreuses mésaventures depuis qu’elle a quitté sa famille, avec qui elle connaissait de gros problèmes : la misère, la famine, le désert en camion bâché et les petits boulots pour se payer des passages en train, au cours de sa traversée de quatre pays africains. Dans la Libye en guerre, elle a entendu siffler les balles, avant qu’un passeur lui fasse traverser la Méditerranée dans un navire bondé. « Au bout de quelque temps, on n’avait plus d’eau et le navire menaçait de chavirer », témoigne-t-elle.»

A Loudéac,cette affaire est cependant loin de faire l’unanimité. « Elle est arrivée illégalement, elle a menti sur son âge à peine arrivée dans le pays où elle prétend vivre. Et on devrait en plus lui offrir le gîte et le couvert ? Mais où est ce qu’on va ? » s’interroge un entrepreneur local. « En réalité, c’est à chaque fois pareil. Quelques profs de gauche ou d’extrême gauche. Des copains dans la presse. De l’influence sur les élèves. Et le tour est joué. C’est une honte et en plus si on dit quelque chose, on est un salaud inhumain. Les types pourraient faire toutes les pires saloperies du monde qu’ils seraient toujours défendus par ces gens là, parce qu’immigrés » peste un ancien du lycée Fulgence Bienvenue.

Le dossier serait entre les mains du préfet. C’est en effet l’État qui, outre la répartition de l’immigration massive sur tout le territoire, gère aussi ces cas isolés – qui finissent rarement, quand ce n’est pas jamais, en expulsion hors du territoire.

Source: breizh-info.com

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Participer à la discussion

Articles à lire aussi

Faire un don à Peuple de France avec PayPal