Peuple de France: IVAN RIOUFOL : « EMMANUEL MACRON EST UN ACCIDENT DE L’HISTOIRE. »

Alerte info

Flash info : Fusillade à Bruxelles: Salah Abdeslam condamné à 20 ans de prison pour tentative d’assassinat terroristeFlash info

vendredi 22 décembre 2017

IVAN RIOUFOL : « EMMANUEL MACRON EST UN ACCIDENT DE L’HISTOIRE. »

Ivan Rioufol publie, aux Éditions de L’Artilleur, un livre intitulé Macron, la grande mascarade. Sa thèse est limpide : Macron n’a pas apporté la révolution, comme il veut le faire croire, mais il fait vivre au contraire un grand bond en arrière. Il a redynamisé le pouvoir des élites en canalisant la société civile qu’il avait appelée à la rescousse pour n’en faire qu’un parti godillot.




Ivan Rioufol, vous publiez aux éditions de l’Artilleur un livre intitulé « Macron, la grande mascarade ». Pourquoi ce titre ?

J’ai appelé ce livre ainsi en hommage à Nicolas Gomez Davila. Il explique dans l’un de ses aphorismes que toute époque finit en mascarade. La thèse que je défends est le fruit de mes observations quasi quotidiennes. Selon moi, Macron n’a pas apporté une révolution telle qu’il le prétend. Au contraire, il nous fait vivre un grand bond en arrière. Il fait revivre ce que les Français croyaient pouvoir rejeter. Les Français pensaient avoir compris que Macron avait analysé la fracture entre les élites et le peuple. Malheureusement on se rend compte au contraire que Macron a redynamisé le pouvoir des élites en canalisant la société civile qu’il avait appelée à la rescousse pour en faire un parti godillot.

Vous affirmez que Macron n’est qu’un accident de l’Histoire. Ne serait-il pas davantage une conséquence de notre époque ?

Macron achève le système. C’est un accident de l’Histoire dans la mesure où sa venue a surpris tout le monde. Il y a encore un an, personne ne le voyait arriver à ce point de son parcours politique.
Il a bénéficié d’un effondrement des partis qui étaient des partis vermoulus. Il n’a suffi qu’à donner un coup d’épaule pour qu’ils s’effondrent. Il a également bénéficié de cette coalition des affaires contre François Fillon dans la dernière ligne droite.
Il est le produit d’un monde finissant. Il est un des rares en Europe à défendre une vision postnationale, une Europe souveraine et à ne pas comprendre que tout ne se résume pas à l’économie.
Je lui fais le procès de ne voir que d’un œil. Il ne veut expliquer les grandes questions sociétales qu’à travers l’économie et donc avec une vue beaucoup trop restreinte pour répondre aux questions liées à l’immigration, au communautarisme et à la montée de l’islam radical. Ce sont des sujets qui pour lui sont des impensés politiques.

[...]

Lire l'entretien complet sur bvoltaire.fr


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Participer à la discussion

Lire aussi