Peuple de France: La manifestation Génération identitaire a été interdite pour motif politique et non sécuritaire

Alerte info

Flash info : Flash info

dimanche 26 novembre 2017

La manifestation Génération identitaire a été interdite pour motif politique et non sécuritaire

La manifestation Génération identitaire a été interdite pour motif politique et non sécuritaire

La préfecture de police de Paris a émis un arrêté d’interdiction d’une manifestation du groupuscule Génération identitaire et d’éventuelles contre-manifestations, samedi 25 novembre.


Le préfet de police Michel Delpuech avait motivé son refus, vendredi 24 novembre « afin d’éviter des affrontements violents et des troubles à l’ordre public ».

Saisi par l’organisation, le tribunal administratif de Paris rejetait samedi matin la requête en référé déposée par Génération identitaire.

Cependant, Génération identitaire n’a provoqué aucun trouble à l’ordre public, ni aucun affrontement violent, affirme l’AFP.

Le propriétaire d’une librairie anarchiste a déclaré à l’Agence France-Presse qu’un groupe d’une dizaine de personnes est entré vers 16 heures dans sa librairie située proche de la place de la République :

« Ils ont crié des slogans comme ‘la France aux Français’ sans s’éloigner du seuil, et sans violences ni agression » a déclaré le libraire.

« Ça a été très bref, une minute pas plus », a ajouté le libraire.

Une source policière a confirmé :

« Quelques-uns ont été interpellés après être rentrés dans la librairie » a précisé une source policière avant de préciser qu’il n’y a « pas eu de casse ».
Au diable la liberté de réunion

On peut soutenir Génération identitaire, on peut les détester, on peut soutenir leur droit à manifester sans les soutenir ni les détester, puisque c’était un droit politique fondamental il n’y a pas si longtemps.

Chacun a le droit à son opinion sans craindre pour autant d’être étiqueté d’extrême droite : tous ceux qui se trouvent à droite de Mélenchon sont considérés d’extrême droite. On ne peut pas, en revanche, contester les faits, ni en fabriquer.
Si Génération identitaire était violent et posait un risque à l’ordre public comme le prétend le Préfet Delpuech, les 10 militants qui sont entrés dans la librairie auraient tout saccagé. Au lieu de cela, ils ont lancé… des mots ! Et ils sont partis.
Ceci démontre que l’interdiction était d’ordre politique, et non sécuritaire.
Génération identitaire a raison de déclarer que l’interdiction de leur manifestation est un « un acharnement judiciaire ».

Je pense même que c’est l’acharnement totalitaire d’un système qui ne tolère aucune opinion déviante et ne défend la liberté d’expression que de ceux qu’il choisit de défendre.

Les associations de fascistes qui s’auto-décrivent comme antifasciste et cassent tout sur leur passage ne subissent pas ces foudres administratives. C’est en raison de leur proximité avec les médias.
La manifestation du 18 novembre à Paris contre l’esclavage en Libye s’était terminée par des violences.
Celle de jeudi 23 à Cachan, dans le Val-de-Marne, contre l’esclavagisme en Libye a elle-aussi été émaillée de violences. Une lycéenne a même été blessée à l’œil par un projectile.

Et pourtant, le Préfet n’a pas interdit la manifestation contre l’esclavage du 25 à Paris, mais celle de Génération identitaire.

Face à cette réalité, force est de constater que la Préfecture de Paris applique deux poids deux mesures selon non pas le danger pour l’ordre public, mais l’opinion des manifestants.

Et cela n’honore pas la Ville lumière.

© Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Sources:






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Participer à la discussion

Soutenez Peuple de France en faisant un don.