Alerte info

Flash info : RUSSIE : Au moins 5 morts et plusieurs blessés dans une fusillade à la sortie de la messe d'une église orthodoxe à Kizliar. Le tireur a été abattu après avoir crié "Allahu Akbar" (médias locaux)Flash info

vendredi 9 février 2018

Police de sécurité du quotidien : Un dispositif cosmétique



Le dispositif de « police de sécurité du quotidien » présenté aujourd’hui par le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb ne répond ni aux attentes des policiers, ni à celles des Français. Loin d’être une grande réforme ambitieuse, c’est en réalité un dispositif cosmétique.



Le seul moyen de faire reculer la délinquance c’est de faire condamner les délinquants.

Dans un contexte propice à une refonte ambitieuse de la sécurité publique face au malaise profond qui touche nos forces de l’ordre devenues les cibles d’une délinquance de plus en plus violente, le Gouvernement avait l’occasion d’engager un véritable tournant : cette PSQ dévoilée après un long teasing se révèle comme une énième occasion manquée sur le front de la sécurité.

Le ministre n’a annoncé aucun volet budgétaire et aucun effectif supplémentaire pour accompagner ces mesures qui devront s’appuyer sur les moyens existants. Pour nos policiers il faudra donc faire plus, sans moyens supplémentaires ! C’est mission impossible. Diluer les effectifs de police sur tout le territoire peut être rassurant pour certains citoyens, mais le redéploiement prévu par le ministre se fera au détriment du travail d’investigation et d’interpellation des policiers.

Nous avons donc assisté à une simple opération de communication et il faudra juger sur pièce les résultats éventuels. Mais la mise en œuvre de cette « PSQ » sur 30 quartiers prioritaires ressemble surtout à une copie des zones de sécurité prioritaire (ZSP) créées par François Hollande.

Les vraies réponses sont naturellement d’une autre ampleur. Le véritable enjeu est de réarmer l’Etat et de redonner les moyens à nos forces de l’ordre pour qu’ils accomplissent leur travail. Il faut enfin réhabiliter la sanction pénale et mettre le paquet sur le judiciaire, sans quoi ces effets d’annonce n’auront aucun résultat concret dans la réalité quotidienne des Français.

1 commentaire:

Anonyme a dit…

l'état français n'est grossièrement qu'une organisation fiscale .

Lire aussi