Alerte info

Flash info : RUSSIE : Au moins 5 morts et plusieurs blessés dans une fusillade à la sortie de la messe d'une église orthodoxe à Kizliar. Le tireur a été abattu après avoir crié "Allahu Akbar" (médias locaux)Flash info

mercredi 14 février 2018

Fissenou Sacko a tué sauvagement quatre retraités, il ne sera jamais jugé

Fissenou Sacko, né le 11/12/1993 : un tueur en série irresponsable pénalement ?


Son parcours meurtrier avait soulevé une vive émotion dans l’opinion, à la période de Noël 2016. Entre la Drôme et le Vaucluse, Fissenou Sacko, un jeune individu d’origine malienne demeurant à Beauvais, avait ôté sauvagement la vie à plusieurs personnes âgées avant d’être interpellé en flagrant délit, non sans résister, à la gare d’Orange. Hospitalisé depuis les faits, un collège d’experts psychiatres a rendu son rapport, concluant à son irresponsabilité pénale. L’homme ne sera donc pas jugé.




En effet, selon le rapport d’expertise, faisant suite à un premier examen ayant abouti aux mêmes conclusions, le nommé Fissenou Sacko souffrait au moment des faits d’une pathologie ayant aboli son discernement, en l’occurrence une « psychose chronique schizophrénique » aggravée par la prise de produits stupéfiants.

Un des avocats des parties civiles, Me Alain Fort, a fait savoir à la presse que cette décision pourrait faire l’objet d’une contestation. Il est aisé de comprendre où le bât blesse : l’individu n’est-il pas responsable de la prise des produits stupéfiants dont les experts disent eux-mêmes qu’ils ont aggravé son état ?

Mais il y a deux autres anguilles sous roche, et de taille :

La première, c’est que Fissenou Sacko avait déjà été interpellé le 25 décembre 2016, quelques heures avant les faits, pour avoir agressé des passagers dans le train l’ayant conduit de Beauvais à Valence. Conduit à l’hôpital, il avait tranquillement pris la tangente, malgré sa dangerosité, posant la question du sérieux de sa surveillance.

La seconde, c’est qu’il venait juste de sortir de prison (il était incarcéré à Fresnes jusqu’en septembre 2016). Il parait donc difficile d’admettre qu’il ait pu être considéré comme pénalement responsable de ses actes dans le cadre d’une précédente condamnation, alors qu’il souffrirait d’un trouble psychiatrique chronique suffisamment grave et sérieux pour abolir totalement son discernement quelques semaines seulement après sa libération…

Pour l’heure, le juge d’instruction en charge du dossier a convoqué les familles de victimes pour leur annoncer sa décision de rendre une ordonnance de non-lieu, s’appuyant sur les deux expertises psychiatriques concordantes. Un épisode de la procédure dont on peut aisément imaginer le ressenti.

Une pétition en ligne a d’ailleurs été ouverte par des proches des victimes pour dénoncer cette situation et demander à ce qu’un procès puisse se tenir. Voici le lien : https://www.change.org/p/alia-notre-combat-contre-fissenou-sacko-qui-a-tué-4-personnes-et-qui-ne-sera-jamais-jugé

Privées de la tenue d’un procès, les parties civiles ne peuvent pas poser des mots sur leur souffrance, ni même espérer comprendre l’indicible. En plus de leur travail de deuil, elle doivent supporter le poids de l’impunité de l’auteur, rendant plus difficile toute résilience. Mais les règles de procédure en ont pour l’heure décidé ainsi, sur la foi d’une science dont l’exactitude n’a jamais été démontrée, contrairement à la certitude d’avoir raison de ceux qui l’exercent… Fissenou Sacko, dont le casier est déjà lourd, restera donc aux yeux de la Loi innocent des crimes qu’il a commis, non pas parce qu’une Cour d’Assises en a jugé ainsi, mais précisément parce qu’il ne sera pas jugé. 

Ayons une pensée pour les familles et les proches de Paulette Guyon, 79 ans, tuée chez elle à Chabeuil, Marie-Thérèse et Bernard Philibert, 75 ans, tués à leur domicile de Montvendre, Renée Chevalier, 65 ans, frappée avec une pierre, décédée des suites de ses blessures le 29 décembre 2016.

Enfin, nous n’oublions pas non plus l’homme blessé par Fissenou Sacko dans un supermarché à Orange. C’est d’ailleurs une marque de fabrique chez nous : à Riposte Laïque, nous n’oublions rien.

Sébastien JALLAMION pour ripostelaique.com

Aucun commentaire:

Lire aussi