Alerte info

Flash info : Deux soldats français tués et un autre blessé dans l'explosion d'une mine artisanale, au MaliFlash info

vendredi 9 février 2018

Croissance française : Des chiffres médiocres comparés à ceux du reste de l’Europe


Alors que partout on se réjouit de la croissance qui repart, on feint de ne pas remarquer que la France ne fait que profiter de la conjoncture mondiale. En fait, la croissance est plus faible en France que presque partout ailleurs. C’est donc un signe qui devrait nous inquiéter plutôt que nous réjouir.




La croissance mondiale attendue pour l’année 2018 se situe entre 3,1% (Banque mondiale), 3,7% (OCDE) et 3,9% (FMI) ; celle de la zone euro devrait atteindre 2,1% selon la Banque mondiale et 2,5% aux Etats-Unis. En France, elle serait de 1,9%. En Allemagne la croissance du PIB serait de 2,3%.


Alors, certes, les deux derniers trimestres ont vu la croissance du PIB en France s’accélérer (+0,5% et +0,6%). Vus de France et comparativement à nos précédents résultats, ce sont des signes positifs. Mais comparés à ceux du reste de l’Europe, ces chiffres sont médiocres et montrent bien plus notre retard qu’une prétendue reprise. Oui, la production en France profite du contexte international mais elle est freinée par l’environnement national.


Si l’on compare les performances de tous les pays de l’Union européenne, de la Suisse et de la Norvège, la France, au 3ème trimestre 2017, était au 23ème rang (2,3%, T3 2017/T3 2016). D’ailleurs, si l’on établit une moyenne du taux de croissance depuis 2007, veille de la crise, la France est très mal classée. Seuls l’Italie, la Grèce, le Portugal, la Croatie et la Finlande font pire. Même l’Espagne, qui a subi très fortement la crise, fait mieux.

Depuis la fin de l’année 2013, la croissance du PIB en France reste en-deçà de la moyenne européenne. Ce qui devrait être alarmant est pourtant célébré aujourd’hui comme le retour de la croissance pérenne. Que celle-ci soit trop faible pour avoir une influence significative sur le chômage ou que le gouvernement n’en profite pas pour réduite les déficits publics, personne ne s’en émeut. Ce sont pourtant ces aspects qui devraient être observés et les problèmes qu’ils révèlent, résolus.

[...]

En savoir plus sur IREF

Aucun commentaire:

Lire aussi