Alerte info

Flash info : Affaire Maëlys: le corps de la fillette a été retrouvé / Relaxe de Jawad Bendaoud qui avait logé des djihadistes du 13-NovembreFlash info

vendredi 9 février 2018

"black only" : Un cinéma interdit aux Blancs à Paris

Image d'illustration.


Une application nouvelle du vivre ensemble. Ensemble mais pas avec tous…



Nous ne sommes pas dans l'Alabama des années 50 avec son "white only". Ça se passe dans le Paris de 2018 avec un "black only"! Une sélection sévère aura lieu à l'entrée. Et tout leucoderme qui aura cherché à se noircir artificiellement sera impitoyablement débusqué. Il s'agit de la projection du film "Black Panther" qui montre –comme si c'était à prouver!- la supériorité du peuple noir sur tous les autres. Une tenue correcte -et en tout cas adéquate- sera exigée. En voici la description tel quel la communique l'association Mwasi organisatrice de l'événement.


Cette projection est placée sous le signe de la flamboyance Afro. Donc venez sapé.e.s comme ja-ja avec vos plus beaux kente, bazin ,faso dan Fani, Bogolans, madras, contours soignés, hydratés et crémés. Il ne vous reste plus qu'à abandonner vos costumes de chez Arnys, Armani, Cerutti et vos robes griffées Dior, Chanel, Agnès B.


Rendez-vous à Barbès où vous trouverez de quoi vous vêtir convenablement. Mais ce ne sera pas suffisant. Car la projection est "en non mixité pour les personnes noires quel que soit leur genre" précise le communiqué de l'association Mwasi. Ce groupe afro-féministe avait déjà organisé des camps "décoloniaux" et des séminaires interdits aux hommes et aux Blanches.


Pour les ignares, nombreux sur ce site, précision que Mwasi se prononce "moisi". Et qu'en swahili –une langue à apprendre de toute urgence- ça veut dire "reine". Reine de qui? Reine de quoi ? Il est intéressant et triste de constater que Mwasi est en train d'abandonner sa radicale pureté originelle. Elle s'ouvre en effet aux hommes! Des hommes noirs certes. Mais des hommes quand même.


Quand on s'engage ainsi sur une pente glissante nul ne sait où va s'arrêter la descente aux enfers. 

[...]

En savoir plus sur atlantico.fr

Aucun commentaire:

Lire aussi