Alerte info

Flash info : RUSSIE : Au moins 5 morts et plusieurs blessés dans une fusillade à la sortie de la messe d'une église orthodoxe à Kizliar. Le tireur a été abattu après avoir crié "Allahu Akbar" (médias locaux)Flash info

jeudi 25 janvier 2018

La projection de film réservée aux Noirs à Paris déclenche les foudres de la Licra

Le collectif Mwasi, @mwasiafrofemparis. Capture d'écran Facebook

Le collectif afro-féministe Mwasi organise la projection d’un film réservée à un public noir le 17 février dans la capitale française. Il a déclenché les foudres de la Licra, qui s’indigne de cette «ségrégation».



Il s’agit d’un événement organisé par le collectif afro-féministe Mwasi autour de la projection du film hollywoodien Black Panther le 17 février, suivi d'un débat, à Paris. Précision des organisateurs : ce rassemblement culturel se fera en «non mixité» et est destiné aux «personnes noires quel que soit le genre».


Ces informations ont fait vivement réagir la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (Licra). Celle-ci a dénoncé sur Twitter une pratique perçue comme «une injure aux valeurs de la République». Dans un tweet complémentaire, l'association anti-raciste poursuit : «Nous devons collectivement refuser la société à la découpe qui, au prétexte de lutter contre le racisme, reproduit une pratique raciste la plus détestable : la ségrégation à l'entrée d'un cinéma».





Le collectif Mwasi a créé une page Facebook pour annoncer son événement. Pour assister à la projection-débat, les participants sont invités à revêtir leurs plus beaux atours en tissu africain «kente, bazin, Faso dan Fani, Bogolans, madras» – le film Black Panther met en scène un super-héros roi d’une nation africaine. La moitié des sièges, annonce Mwasi, seront réservés à «un public d'adolescent-e-s de la banlieue parisienne qui y assisteront gratuitement». Mais seuls les Noirs seront admis.

Ce rendez-vous rappelle deux autres précédents en France. Nyansapo, un festival afro-féministe, a été organisé par le même collectif Mwasi à l'été 2017. Une partie était ouverte à tous, tandis que des ateliers étaient annoncés réservés aux femmes noires. Une polémique avait enflé à ce sujet dans les médias, et la maire de Paris Anne Hidalgo n'avait autorisé la tenue du festival qu'après avoir exigé que les ateliers non-mixtes soient organisés à titre privé.

[...]

En savoir plus sur francais.rt.com

Aucun commentaire:

Lire aussi