Partagez sur Twitter

lundi 4 décembre 2017

Pour avoir dénoncé les subventions des migrants, la Ligue du Midi se retrouve devant le tribunal

Subventions des migrants, la Ligue du Midi injustement poursuivie


Subventions des migrants, la Ligue du Midi injustement poursuivie 



On se souvient de la visite du Président de la Ligue du Midi et de quelques supporteurs dans les locaux du RAIH (Réseau Accueil Insertion Hérault), à Montpellier, afin de demander aux responsables de cette association subventionnée, un bilan d’activité sur l’insertion des jeunes migrants isolés, ce type d’association percevant, via le Conseil Départemental, d’importantes subventions issues de la poche des contribuables Héraultais. C’est à titre de « lanceur d’alerte » que Richard Roudier se trouvait le matin du 30 juin dans les locaux du RAIH au N°3 de la rue Castilhon pour une visite de quelques minutes.


Richard Roudier après avoir interrogé le personnel, incapable de répondre (en l’absence du directeur), juché sur une table, faisait une brève allocution au cours de laquelle il dénonçait les agressions commises dans le quartier Gambetta (et en particulier l’agression au couteau par de jeunes migrants d’un militaire de l’opération sentinelle). Interpellant le Conseil Départemental, bailleur de fonds de l’association RAIH, il exigeait que les contribuables héraultais soient informés du coût réel de cette mise de fonds ainsi qu’un Compte-rendu d’activités.


L’intervention intégralement filmée ne durait pas plus de 5 minutes, l’opération menée s’était effectuée sans violence et sans haine, à visage découvert (attestée par les PV de police et les sites gauchistes), se limitant à quelques jets de tracts et de papiers multicolores trouvés sur les tables. Certains idiots utiles pourraient penser que cette opération était négative, mais comme toute opération d’agit-prop, elle ne peut s’évaluer qu’à l’aune des résultats.


Deux cadres, Richard et Olivier Roudier sont convoqués au Tribunal de Montpellier le 5 décembre 2017. En outre, à l’issue de sa garde à vue, Richard a subi une violente agression accompagnée d’actes de barbarie et de non-assistance à personne en danger de la part de deux policiers de garde au dépôt du Palais de Justice, ce dont il gardera les séquelles. Ces deux militants bénévoles ont payé de leur personne pour défendre l’intérêt général en alertant sur le gaspillage de l’argent public.


Richard Roudier, n’étant pas un migrant, ses tortionnaires sont toujours à l’abri alors que le policier qui a giflé un migrant hystérique a, lui, écopé de 6 mois de prison ferme plus mise à pied et tout un lot de mesures administratives. Voilà un nouvel exemple, si besoin était, de l’évolution du concept d’égalité dans notre pays… 


[...]


En savoir plus sur ripostelaique.com

2 commentaires:

colette a dit…

Hellen, je vous suis dans votre analyse , complètement sur la même ligne, d'où l'importance de ne rien céder à ces collabos sinon demain c'est une sorte de "gestapo" qui nous arrêtera pour ce genre de manifestations et de propos !!! et il ne faut rien attendre d'un gouvernement qui n'a pas de c......les et qui n'est qu'un ramassis de collabos

Hellen a dit…

Quand est-ce que les Français seront suffisamment couillus pour appliquer l'article 35 des DROITS DE L'HOMME ET DU CITOYEN...??????!!!!!

Ceux qui dénoncent sont les COLLABOS COMME TOUJOURS....
Ce sont les FILS DES COLLABOS DES ANNEES 40....!!!!

QU'AVONS-NOUS A PERDRE????!
EN CONTINUANT AINSI, NOUS ALLONS TOUT PERDRE ET MÊME LA VIE...!!!
Bien à vous

Partagez l'article sur Twitter