Partagez sur Twitter

mardi 5 décembre 2017

Mélenchon veut la création d'un «tribunal professionnel» pour lesjournalistes

Jean-Luc Mélenchon.
Jean-Luc Mélenchon.

Face à ce qu'il estime être des «dérives» des journalistes, le leader de la France insoumise propose que la France s'inspire de la Belgique et crée une instance chargée de garantir des principes déontologiques.

Les relations tendues entre de nombreux journalistes et Jean-Luc Mélenchon défraient régulièrement la chronique. Après son passage dans L'Emission politique de France 2, le 30 novembre dernier, le député des Bouches-du-Rhône a publié un long article sur son blog afin de dénoncer ce qu'il estime avoir été un «traquenard». Il annonce par ailleurs vouloir lancé une pétition afin de constituer un «tribunal professionnel» de la presse.

Contradicteurs dont l'orientation politique est dissimulée, montages vidéos trompeurs, questions volontairement destinées à l'empêcher de s'exprimer sur les thèmes qu'il juge importants... Les reproches qu'adresse Jean-Luc Mélenchon aux journalistes de France 2, s'ils ne sont pas les premiers du genre, le conduisent cette fois à demander la mise en place d'une «instance professionnelle déontologique».

Le but de l'organisme que Jean-Luc Mélenchon souhaiterait voir créer ? Sanctionner «les menteurs, les tricheurs, les enfumeurs» – autrement dit, les journalistes se présentant comme neutres mais distillant une forte dose d'idéologie dans leur exercice du métier.
[...]
En savoir plus sur francais.rt.com


2 commentaires:

rudi a dit…

au secours, robespierre est de retour ! le tyran se veut dictateur, et il le serait s'il avait été élu !

Vent d'Est, Vent d'Ouest a dit…

Si c'est dans le but louable de sanctionner les journalistes menteurs professionnels ce tribunal aura fort à faire, il faudrait mettre tous ceux qui travaillent pour la presse louée par Decodex, le (l'im)Monde en premier.
Si c'est dans le but détourné inavoué mais nettement moins louable pour sanctionner la réinfosphère, alors là, M. Mélenchon, faites en sorte que cela reste un cauchemar bien enfoui dans votre cervelle ou allez faire un tour chez un psy pour explorer les raisons de votre haine pour la liberté d'expression.

Partagez l'article sur Twitter