Partagez sur Twitter

dimanche 24 décembre 2017

LA FISCALITÉ MACRONIENNE : DONNER D’UNE MAIN ET PRENDRE DE L’AUTRE AUJOURD'HUI

Point n’était besoin d’asséner pendant des mois aux Français que leur pouvoir d’achat augmenterait, puisqu’il n’en sera rien.

Point n’était besoin d’asséner pendant des mois aux Français que leur pouvoir d’achat augmenterait, puisqu’il n’en sera rien. En effet, « l’INSEE révèle que les prélèvements obligatoires augmenteront de plus de 4 milliards d’euros l’année prochaine, en raison notamment de l’augmentation de la CSG et de taxes sur le tabac ou les sodas. La majorité LREM avait fait de la hausse du pouvoir d’achat un élément central de sa communication : l’objectif n’est pas tenu » (Marianne).


Donc, l’augmentation de 1,7 point de la CSG – contribution sociale généralisée – et des taxes sur l’énergie, ainsi que sur certains produits « maudits » – au nom de la santé et du bien-être obligatoires pour tous ! –, fait pencher la balance du mauvais côté : « En clair, ce que les Français gagneront “directement” grâce à des baisses d’impôts, ils le perdront en payant plus cher des produits taxés par le gouvernement » (Le Salon beige). Parmi ces Français, les retraités seront particulièrement impactés par la hausse de la CSG.


Certes, il y aura la suppression de la taxe d’habitation – ce qui n’empêchera pas la France de rester championne des impôts locaux –, avec toutefois la promesse présidentielle faite aux maires d’une compensation, mais on a plutôt l’impression que le pouvoir en place jongle avec les suppressions et les augmentations pour mieux dissimuler une vérité : les temps ne seront pas moins durs pour la plupart des Français.


Outre-Atlantique, rappelle Le Salon beige, « le Sénat américain a adopté la réforme de Donald Trump réduisant la charge fiscale des Américains, entreprises et classes moyennes en particulier, de 1.500 milliards de dollars cumulés dans le temps ».


Par contre, la suppression de la redevance audiovisuelle serait une idée à creuser, étant donné le peu d’audience du service public et, surtout, son mépris affiché pour les classes populaires, forcément rances, qu’il se plaît à fustiger et railler à longueur d’antenne !

Charles Demassieux pour bvoltaire.com

1 commentaire:

coco a dit…

il n'a que des idées de vieux dans un corps jeune ! ce n'est pas avec ce genre de décisions que nous allons nous en sortir !!!mais sans doute, cherche t'il le contraire

Partagez l'article sur Twitter