Partagez sur Twitter

vendredi 1 décembre 2017

Des squares du centre-ville de Nantes transformés en zones de non-droit

Crédit photo : Breizh-info.com
Crédit photo : Breizh-info.com



Alors que le plan d’aménagement du centre-ville de Nantes prévoit de supprimer les squares Fleuriot et Daviais au coeur de la ville pour les remplacer par des surfaces de logement ou de commerces (voire le square Halgan au sud de l’hôtel de Ville), nous nous sommes intéressés aux squares de l’hyper-centre nantais. Il apparaît qu’ils sont en partie laissés à l’abandon, certains d’entre eux concentrent même incivilités et trafics. Loin d’apporter de l’oxygène aux quartiers où ils sont implantés, ils abritent la délinquance sous leur frondaison où flotte parfois une odeur insistante de cannabis.

Square Daviais : magnifique le jour, délinquant la nuit

A l’extrémité ouest de l’ile Feydeau, le square Daviais est un havre de paix dans la journée, surtout en cette période de l’année où l’on peut y admirer la toison d’or de l’automne. Créé en 1930 par Etienne Coutan dans le cadre des travaux de comblement des bras de la Loire, le square Daviais est néanmoins tributaire, après 17h et jusque tard dans la nuit, de la proximité de la zone de non-droit de Commerce, épicentre de la vente de drogue dans le centre-ville.

Dealers et fumeurs s’y installent, ainsi que des groupes de clandestins, bien tranquilles pour s’aviner. Plus tard dans la soirée, le trou sombre du square, facilement accessible puisque pas clôturé, est l’abri des ivrognes et des pickpockets. Des interpellations sont régulièrement réalisées à ses abords immédiats, mais chaque nuit, vols de portables et deals de drogue s’y succèdent jusqu’à une heure assez avancée, souvent trois voire quatre heures du matin.

« La nuit, j’évite de passer par là. Et d’ailleurs par la zone de Commerce en général », nous explique Elodie, 24 ans, qui habite en centre-ville. « Plus tôt dans la journée je peux passer, mais si c’est pour sentir l’odeur de la weed et me faire siffler quand je porte une jupe, ce n’est pas la peine. Soit je suis en pantalon et je passe à côté, soit je suis en jupe et je passe par la rue de la Fosse ou en longeant l’hôpital, mais pas par là ».

Céline, jeune mère de famille, regrette de son côté que « le square soit infréquentable passé la fin de l’après-midi. Le matin, y a personne, pour les enfants c’est très bien, mais le soir et la nuit c’est vraiment la catastrophe. Nous on allait au Jardin des Plantes, mais comme il est de plus en plus mal fréquenté on va carrément à Procé ».

Square Elisa Mercoeur : infréquentable près du Carré Feydeau

A l’autre bout de la zone sensible qui s’étire maintenant de la Médiathèque à Bouffay se trouve le square Elisa Mercoeur issu de la rénovation du Carré Feydeau (Neptune) et de ses abords. Des constats similaires au square Daviais peuvent y être faits : l’endroit est infréquentable en fin d’après-midi et jusqu’à trois heures du matin, surtout pour la partie la plus proche du square Feydeau.

La nuit, les flux liés à la prostitution – issue des pays de l’Est et non d’Afrique noire comme sur l’axe allant du Cardo à la gare – s’ajoutent au désordre ambiant. Plus à l’est, entre la station Duchesse Anne et les douves du château, le petit espace de verdure est propice aux deals en début de soirée et aux vols, avec ou sans arme, la nuit. Bref, ce n’est pas l’endroit le plus recommandable du centre-ville nantais, on s’en doute.

« C’est un supermarché de la drogue ! », s’exclame ce serveur d’un bar tout proche. « Côté Bouffay, ce sont des Maghrébins qui essaient aussi de tirer les sacs et les portables de nos clients après une heure du matin, draguent lourdement, sifflent, font les poches. Et de l’autre côté y a des Blacks qui ont plutôt tendance à se bourrer la gueule entre eux, comme ils le font dans Bouffay, puis s’en prennent à d’autres ivrognes comme eux ou à tout le monde parce qu’ils sont bourrés et en rogne contre le monde entier ».

Sylvie, qui vit juste à côté, « va se promener au Jardin des Plantes. Il n’y a pas que le Carré Feydeau qui a été une erreur, le square et les abords ce n’est pas mieux. Il y a les marginaux bourrés qui stationnent près de la supérette, voire dans le hall – celle-ci semble avoir complètement baissé les bras pour assurer la sécurité de ses clients – les types qui sifflent toutes les filles, j’y ai droit régulièrement, avec les blagues salaces et tout, les bagarres, la nuit c’est le bordel… et à chaque manifestation y a de la casse ». Elle pense « déménager, probablement près du parc de Procé : quitte à payer cher, autant avoir la qualité de vie, dans le centre on ne l’a plus et c’est triste car Nantes est une très belle ville… et c’est surtout ma ville ».

[...]

En savoir plus sur breizh-info.com

2 commentaires:

Il manque a dit…

Ilmanque en france des francais patriote pour de fendre la nation allons enfants de la patrie ce jour de gloire va bientot arriver. .....unisson nous.......

Hellen a dit…

C'est partout comme cela, maintenant... voilà la France d'aujourd'hui, mais de toute façon ça n'est pas fini, car la dégradation va devenir invivable pour les Français blancs, qui n'auront que deux choix... comme en Algérie en 1962, vous verrez qu'ils nous diront... : c'est la valise ou le cercueil...! le gros problème, nous Français, notre patrie c'est la France, nous n'en avons pas d'autre... Alors ?
Il faudra se battre et mourir!
Pourquoi mourir??
Parce que les hommes politiques Français traîtres et collabos, ont tout fait pour que les Français ne puissent se défendre...Nous n'avons pas droit aux armes!!!
Les autres, oui, eux y ont droit, puisqu'ils les laissent entrer dans notre pays en sachant parfaitement que 90% minimum d'entre eux, viennent pour nous tuer!!!
Bon courage à nous tous...!

Partagez l'article sur Twitter