Partagez sur Twitter

lundi 4 décembre 2017

76 millions d’euros de subventions pour une association d'aide aux migrants

76 millions d’euros de subventions pour une association d'aide aux migrants


Faire de l’aide aux migrants et de la collaboration à l’immigration son business, ça fonctionne et ça paye : en 2016, l’association Coallia, qui gère une large majorité des CAO (Centre d’Accueil et d’Orientation) accueillant les migrants illégaux a ainsi touché le pactole de 76 millions d’euros en subventions d’État, pour mener à bien ce projet.

C’est ce qui ressort d’une analyse effectuée par Contribuables Associés, qui a recensé, les associations les plus arrosées en subventions par l’État pour l’année 2016.

L’État – via les différents ministères – a versé aux associations (voir la liste ici) au cours de l’année 2016 (dernières données publiées), 56 863 subventions, pour un montant total de 4,69 milliards d’euros. Entre 2015 et 2016, le montant officiel des subventions d’État aux associations a plus que doublé : + 2,63 milliards d’euros. Ces chiffres mirobolants ne tiennent en plus pas compte de toutes les subventions distribuées par ailleurs au sein des collectivités locales et territoriales.

Le Parlement est censé contrôler l’attribution de ces subventions, mais il ne prend connaissance du versement de ces aides que deux ans après leur paiement à l’occasion du débat sur le projet de loi de finances…


« En 2016, 1 846 associations touchent moins de 1 000 euros de la part de l’État, les frais de dossiers coûtent alors presque plus que la subvention attribuée ! De l’autre côté, 888 associations bénéficient d’un véritable pactole de plus d’un million d’euro de subventions. » expliquent les responsables de Contribuables associés..


« L’INSEE estime à 104,2 milliards d’euros le chiffre d’affaires du monde associatif en France en 2013 (dernières données publiées), dont 45%, soit 47 milliards d’euros, proviennent de financements publics (subventions et commandes publiques).


Cette liste à 4,69 milliards d’euros (dont rien ne dit d’ailleurs qu’elle soit exhaustive) n’est donc que la partie émergée de l’iceberg. Aucun document officiel ne compile les subventions et les commandes publiques de l’ensemble des collectivités locales ou des établissements publics, pour ne parler que d’eux.» poursuivent-t-ils.


A ce jeu des subventions, les grands gagnants sont donc Coallia (deuxième association la plus subventionnée en 2016), mais aussi Aurore, association d’aide à l’insertion sociale qui s’est vue également confier la gestion de centres pour migrants. En tête, c’est l’AFPA (formation professionnelle pour adultes) qui a touché 154 millions d’euros.


Dans le top 10, on retrouve aussi France Terre d’Asile (44,4 millions), associations pro migrants sur qui pesait des soupçons de détournement de fonds publics en 2013, lorsqu’une enquête préliminaire fût ouverte par le parquet de Paris. Association qui vient par ailleurs d’être condamnée à verser à une ex-salariée 15 000 euros à titre de dommages et intérêts pour harcèlement moral et manquement à l’obligation de sécurité et de résultat, 38 000 euros à titre d’indemnité pour licenciement nul et 2 000 euros au titre des frais d’avocat.


[...]


En savoir plus sur breizh-info.com


2 commentaires:

Vent d'Est, Vent d'Ouest a dit…

Et toutes ces assos déjà grassement subventionnées - et riches, faut-il le préciser - par l'État, donc par le contribuable à l'insu de son plein gré, ont l'indécence de s'adresser au particulier pour lui demander qui de l'argent, qui d'intégrer à ses courses quelques bonus pour le clandestin et accessoirement pour le pauvre hère de France et de Navarre...
Je rejoins totalement la Ligue du Midi et la soutiens dans cet énième procès inique à l'encontre de tous ceux qui ont l'insigne honneur et courage de dénoncer les abus.
On ne le dira jamais assez, nous ne sommes plus En Marche ! mais déjà dans un état totalitaire !

colette a dit…

que rajouter au commentaire de "vent d'est, vent d'ouest" ? je suis absolument d'accord, état totalitaire en marche pour mettre dehors ou pire la population française pour la remplacer par des incultes, non éduqués, et surtout pas venu pour travailler mais pour profiter et les associations en profitent pour s'en mettre eux aussi plein les poches, à quel moment ça va péter ?

Partagez l'article sur Twitter