Partagez sur Twitter

mardi 28 novembre 2017

À Calais, les clandestins font la loi

À Calais, les clandestins font la loi


Si les gros médias observent la plus grande discrétion sur ce qui passe à Calais, faisant ainsi accroire à nos compatriotes que la situation s’y est grandement apaisée, la réalité est tout autre. Au point qu’il ne s’écoule pratiquement pas un jour sans que des incidents graves s’y produisent, notamment entre clandestins et forces de l’ordre.


Dernière affaire en date, cette fusillade survenue samedi vers 18 heures au niveau d’un local du Secours catholique, à la sortie de la ville. Selon une source policière, qui évoque « une probable dispute entre passeurs », des coups de feu ont en effet été tirés « entre des groupes d’Afghans », faisant cinq blessés par balle dont un, très sérieusement touché, à été transféré à Lille. Dépêchées en nombre sur les lieux, les forces de l’ordre étaient toujours à la recherche du ou des auteurs des coups de feu dimanche soir.


Des forces de l’ordre qui, au passage, sont très régulièrement prises pour cibles par les clandestins. Ainsi, lors de cette même soirée, dans la zone industrielle proche de la rocade menant au port, une berline allemande embarquant neuf clandestins a foncé à toute allure sur un groupe de CRS pour tenter de se soustraire à un contrôle, blessant un policier au genou et contraignant ses collègues à faire usage de leurs armes pour réussir à stopper le véhicule. Ce qui leur a permis d’interpeller six Irakiens et trois Afghans à son bord, parmi lesquels « de probables passeurs ». Un incident qui, selon la préfecture, ne serait pas lié à la fusillade survenue entre les groupes d’Afghans un peu plus tôt.


Quoi qu’il en soit, il est peu probable que la justice, aux mains de ce tout-puissant Syndicat de la magistrature qui compare les policiers à des porcs et appelle l’Etat à accueillir toujours plus d’étrangers, fasse preuve de la même fermeté à l’encontre de ces neuf individus qu’envers cet agent de la PAF auquel elle reproche d’avoir giflé un clandestin violent en 2016, alors qu’il l’escortait jusqu’en salle de jugement du centre de rétention administrative de Coquelles.


[...]


En savoir plus sur present.fr (article réservé aux abonnés)


1 commentaire:

colette a dit…

il va vraiment falloir que le gouvernement se décide à renvoyer chez eux tous ces envahisseurs parasites dont on ne tirera jamais rien, d'autant plus que les anglais n'en veulent plus !!! va t'on continuer à les laisser foutre la merde à Calais et ailleurs ?

Partagez l'article sur Twitter